Scott Pilgrim – 5/5

 

Le film qu'il faut voir cette année.

Une nouvelle rubrique : Guest. De temps en temps, Bath-Art invitera une connaissance qui maîtrise la plume, à s’exprimer sur un objet culturel de son choix. Pour cette première chronique, vous avez le droit à la chronique de Brice « Dieu » Chupin, sur le film Scott Pilgrim. Et c’est pas du flanc.

Il faut bien le dire, adapter Scott Pilgrim avait-tout du projet casse-gueule pour le réalisateur britannique Edgar Wright. Pensez donc, lui qui jusque-là avait fait l’unanimité et avait su gagner le cœur des geeks du monde entier en se reposant sur un duo comique génial (Nick Frost et Simon Pegg) avec le triptyque magique Spaced-Shaun of the Dead-Hot Fuzz se voyait bombarder sur son premier gros budget (on parle de 60 millions de dollars) pour porter à l’écran un comic book culte, et tout ça sans ses deux acteurs fétiches.

Un projet donc attendu comme le loup blanc, mais on peut maintenant le dire, l’examen de passage est réussi haut la main (les costards-cravates hollywoodiens doivent sans doute voir les choses différemment, le film ayant un fait un vrai bide au pays de l’oncle Sam).  Edgar Wright a réussi l’œuvre pop parfaite, le manifeste geek ultime. Là où Guillermo Del Toro et Neill Blomkamp avaient ouvert la voie avec Blade 2 et District 9, notre petit prodige enfonce carrément la porte en réalisant une symbiose des genres  simplement sidérante de fluidité et de brio. Comics, scène rock underground (un film qui cite les Pixies ne peut pas être mauvais), histoire d’amour d’une pureté cristalline, teen-age movie, tout y passe. L’inspiration la plus évidente reste celle des jeux vidéo, les références à Zelda, Soul Calibur et bien  d’autres étant légions. Mais Wright est un virtuose de la caméra, et bien heureusement il ne perd pas de vue son oeuvre et ne se complait pas dans le post-modernisme en citant à outrance ses influences. Au contraire, l’hybridation jeux vidéo-comic book guide et conditionne sa mise en scène. Ses plans sont ultra dynamiques, et comme chez Gilliam ou bien Dupontel à son niveau, le principe «  un plan une idée » prévaut. Les cadrages débordent d’inventions et d’expérimentations, la grammaire cinématographique est ainsi réellement incarnée, la forme fusionnant avec le fond dans un maelstrom d’émotions.

Une  mise en scène galvanisante et endiablée au service d’un parcours initiatique touchant. Comme dans tout bon teen-age movie, on se marre comme des otaries bourrées à la bière devant les déboires amoureux de notre bon Michael Cera et une galerie de personnages secondaires tous plus déjantés les uns que les autres  (mention spéciale au coloc gay), mais comme dans tout excellent teen-age movie, la chronique se révèle douce-amère. L’histoire d’amour devient ainsi bouleversante au premier degré, l’introspection et la prise de conscience  de Pilgrim parlant à chacun en captant avec lucidité cet âge tendre et cruel qu’est l’adolescence. Après nous avoir asséné la meilleur comédie de l’année, Wright nous met définitivement sur les rotules en nous offrant une histoire d’Amour d’une simplicité et d’un naturel renversant, de celles qu’on écrit avec un grand A. (oui vous avez également le droit de tomber amoureux de Ramona)

Mais le plus réjouissant dans cet ofni reste le souffle de liberté qu’il y règne. Wright n’en fait qu’à sa tête, fait tournoyer la caméra, ose les plans les plus fous, se permet une satire tordante des action heroes hollywoodiens et envoie ainsi au diable toutes les conventions ou exigences commerciales. Un acte de liberté artistique qui se doit d’être soutenu.

Malheureusement pour nous pauvres français, le film est sacrifié suite au four américain. C’est pourquoi Bath-Art vous encourage gaiement à le télécharger, ou à commander le dvd en import si vraiment vous êtes des champions de la vie.

Brice

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

6 réponses à “Scott Pilgrim – 5/5

  1. Déjà récupéré en rip HD 1080p 🙂 Donc j’en lis pas plus histoire de savourer comme il faut !

  2. 1/2 rousso

    Si Dieu s’appelle Dieu, il y a forcémentune raison, et on comprend mieux pourquoi en lisant cette chronique céleste !
    C’est du très bon boulot mon cher… sauf que moi j’aurais juste gardé un petit peu de réserve…
    Un 4/5 m’aurait semblé plus adéquat (comme Sheila !), mais je n’oserais contredire Dieu… Il a des pouvoirs inconnus !!!!!

    • Chupin Brice

      Ba je sais pas moi c’est mon film de l’année. Après c’est vrai qu’au niveau cible et références je suis en plein dedans. Et puis c’est un film qui met la patate quoi, ça fait plaisir

  3. Sam

    Bonne critique,je vais m’attarder sur ce film. merci mettre Chupin.

  4. david fossé

    le film préféré de brice. C spécial qan meme comme film

  5. david fossé

    tu connais rien au cinéma tony. Tu va voir jvai fair un mégablog sur johnny english, mister bean, deux frères ou encore saint jacques la mecque, tu sra sur le cul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :