A bout portant (3/5)

Réalisé par Fred Cavayé
Ecrit par Fred Cavayé et Guillaume Lemans
Avec Gilles Lellouche, Roshdy Zem, Gérard Lanvin, Moussa Maaskri, Elena Anaya, Claire Perot, Mireille Perrier
1h25

Résumé : Samuel est un futur infirmier qui mène une vie parfaitement ordinaire avec sa jeune femme, actuellement enceinte.
Un jour, Hugo Sartet, un bandit renommé, est amené à l’hôpital après un grave accident.
La femme de Samuel est alors kidnappée : il a trois heures pour faire sortir Sartet de l’hôpital et espérer retrouver sa femme…

Fred Cavayé, pour ceux qui ne le connaissent pas, représente en quelque sorte la nouvelle vague du film policier made in France.
Nourri aux films de genres des années 80 et 90, il applique dans ses deux premiers films (« Pour elle » en 2008, et, donc, « A bout portant » cette année) une règle simple mais ô combien efficace : une trame simple, introduisant un quidam dans une situation qui lui est totalement étrangère, menée à un rythme tonitruant !!
Ses deux premiers films sont sur ces points extrêmement similaires.
Dans « Pour elle », Vincent Lindon, petit prof de français, tentait de mettre à mal le système pénitencier pour faire évader sa femme, emprisonnée depuis 3 ans.
Ici, Gilles Lellouche, (pas encore) infirmier, a 3 heures pour récupérer sa femme, enlevée par des truands.
Outre le chiffre 3 qui revient constamment dans ces deux longs métrages, on remarque donc que les deux trames, les deux récits, reposent sur certaines ressemblances.
Sauf que cette fois-ci, Cavayé a poussé le dégraissage de l’histoire à son paroxysme.
Dans « Pour elle », le héros se trouvait d’abord dans une phase de réflexion, qui durait les ¾ du film, avant de rentrer pleinement dans l’action pour le dernier quart d’heure.
Pour « A bout portant », il a littéralement mis de côté la réflexion du personnage principal pour se concentrer sur l’action : Samuel n’a que trois heures pour agir, il court sans arrêt, tout doit se faire à l’instinct…
Fred Cavayé voulait que les spectateurs soient autant en haleine durant tout le film que dans le dernier quart d’heure de « Pour elle »… Et de ce point de vue, il a parfaitement réussi son pari !!
Résultat, durant 1h25, on se retrouve au cœur de l’action, en pleine course-poursuite avec le temps dans les rues de Paris…et on en est presque aussi épuisé que le pauvre Samuel…
Pour incarner Samuel, Cavayé a d’ailleurs sans doute fait le meilleur choix possible en optant pour Gilles Lellouche.
Ce dernier, à la fois banal et passe-partout, mais charismatique et puissant à souhait, semble plus habilité que n’importe qui pour incarner ce personnage poussé dans ses derniers retranchements.
Lellouche se trouve d’ailleurs à un tournant de sa carrière. Après l’excellent « Les petits mouchoirs », dans lequel il volait la vedette à tous ses coéquipiers, il se retrouve donc en tête d’affiche de ce formidable film de genre à la française.
Sans oublier qu’en mars prochain, on le retrouvera (également dans un premier rôle) dans le nouveau film de Cédric Klapisch, « Ma part du gâteau ».

Le film de Fred Cavayé est donc une franche réussite.
Même s’il pêche à quelques moments par son excès d’adrénaline, on n’en reste pas moins scotché devant l’écran !
Le personnage principal est tellement commun que l’on n’a aucun mal à s’identifier à lui. Et en face, les seconds rôles sont tous plus crédibles les uns que les autres.
Fred Cavayé maîtrise son film d’un bout à l’autre sans (trop) se laisser entraîner par le rythme effréné de son film : sa caméra bouge sans arrêt, il y a toujours du mouvement à l’écran…
On est plongé dans un univers déchaîné mais parfaitement réaliste.
On attend donc avec impatience le prochain passage derrière la caméra de Fred Cavayé : s’il continue à franchir aussi vite les étapes, aucun doute qu’il touchera bientôt mes cimes…

Qui a dit que les français ne savaient plus faire de films policiers ???

Tony

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

4 réponses à “A bout portant (3/5)

  1. Juju

    Il a l’air bien ce film… J’espère que j’aurais l’occasion de le découvrir prochainement… 😉

    • david fossé

      jtrouve q’on est pas surpris moi. Tu va bondir mon cher tony mais a la fin du film jme sui di : on dirait un téléfilm amélioré lol. ça ma fai pensé un peu à 36 quai des orfèvres. Meme genre qoi

  2. david fossé

    excuse moi d’avoir un commentaire avisé et d’un garçon plus cinéphile que jamais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :