Poupoupidou (3/5)

Réalisé par : Gérald Hustache-Mathieu
Ecrit par : Gérald Hustache-Mathieu et Juliette Sales
Avec : Jean-Paul Rouve, Sophie Quinton, Guillaume Gouix, Joséphine De Meaux, Olivier Rabourdin
1h40

Résumé : David Rousseau est écrivain de polar. Pour toucher un héritage de son oncle, il se rend dans la commune de Mouthe, qui a la réputation d’être la ville la plus froide de France.
Là bas, il va découvrir la star locale, Candice Lecoeur… qui vient d’être retrouvée morte en pleine nature.
Elle se serait suicidée, mais Rousseau, ainsi qu’un des gendarmes, ne croit pas à cette conclusion. Il voit en elle une réincarnation de Marylin Monroe, et demeure donc persuadé qu’elle a été assassinée !

Ce film, particulièrement atypique, se place parmi les grands coups de cœur de ce début d’année 2011.
Sa grande force est qu’il oscille sans cesse entre la chaleur et la froideur.
Premièrement le film en lui-même est presque inclassable !
On ne sait pas vraiment si on est dans une comédie, dans un polar hivernal à la « Fargo » ou bien dans un film plus dramatique…
Il serait aisé de dire que l’on se trouve ici dans un polar, de par l’atmosphère, le contexte, l’histoire, les personnages… Mais se serait omettre certains détails tels les répartis de David Rousseau, le personnage de la réceptionniste de l’hôtel, ou bien encore la « relation » entre Rousseau et Candice.
On serait plutôt, à vrai dire, dans un mélange des trois genres, en passant d’une scène à l’autre, de la chaleur de la comédie à la froideur du polar.

Deuxièmement, les décors du film qui alternent constamment le chaud et le froid.
Toutes les scènes extérieures laissent entrevoir un paysage neigeux, des routes blanchâtres et des personnages en doudoune et raquettes ( ! ), alors que les scènes intérieures semblent faire l’impasse sur la météo hivernale et la blancheur du sol, pour privilégier le contact et la chaleur humaine.
On peut notamment remarquer cela dans la scène du sauna, ou lorsque le personnage de Jean-Paul Rouve rentre en contact avec Candice, via la lecture de ses cahiers intimes…

Enfin, les personnages eux-mêmes dégagent une véritable chaleur, mais également un profond mal-être qui leur donne un aspect glacial.
Chez David Rousseau, c’est la froideur qui va dominer : il est mou, plutôt inexpressif, un peu blasé… On ressent pleinement sa déception quant à sa carrière littéraire : il aurait aimé être un grand écrivain, mais il n’écrit hélas que des romans de gare…
En outre, ses réparties sont généralement très amusantes, mais son physique pince-sans-rire bloque son aspect amical…
Cependant, lorsqu’il commence à s’intéresser à Candice, on sent chez lui une réelle chaleur, un besoin de contact humain. Il veut s’ouvrir à elle, la comprendre, la connaître.
Candice, quant à elle, est totalement l’inverse.
En façade, elle semble rayonner de bonheur, elle dégage une liberté extraordinaire…mais à l’intérieur, elle a l’âme plus froide que la Sibérie.
Elle est totalement perdue, elle ne sait pas ce qu’elle veut, elle ne sait plus qui elle est : est-elle Martine Langevin, la jeune fille mignonette bloquée à Mouthe, ou bien est-elle Candice Lecoeur, la star régionale, admirée de tous pour son physique parfait et sa totale liberté ?
Elle s’est perdue dans son propre être et elle n’a pas rencontré les bonnes personnes pour l’aider à savoir qui elle était, ce qui l’a mené vers l’autodestruction…

Le personnage de Candice est le véritable point central du film.
Même si ce dernier est principalement basé sur l’enquête de David Rousseau et de son nouvel ami gendarme, on est sans cesse dans l’attente de revoir Sophie Quinton sur l’écran.
Elle illumine littéralement la toile grâce à ce personnage de pseudo Marylin Monroe de Franche-Comté, et, je ne sais pas si c’est moi qui me fais un film, mais, par moment, je lui trouve même des faux airs de Naomi Watts (qui va d’ailleurs interpréter prochainement le rôle de Marylin dans un film d’Andrew Dominik…) !

Un très bon film français pour ouvrir ce début d’année en beauté, mené par deux très bons acteurs, dont Sophie Quinton ; un nouveau sex-symbol ??

Tony

 

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

2 réponses à “Poupoupidou (3/5)

  1. escobar56

    Film de l’année pour l’instant du coup !
    Bon sinon je viens de remater A Serious Man et je reste sur mon impression, c’est vraiment un grand film.

  2. Corentin Nicolas

    Love & autres drogues ! Très bon film…j’déconne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :