Radiohead – King Of Limbs – 6/10

Un album qui a fait du buzz, mais qui ne vous fera rien découvrir. Radiohead reste, plus ou moins, empêtré dans l’électronique. Parfois pour le meilleur…

A chaque sortie d’album pour Radiohead, c’est le même buzz (ou ramdam, en français). Et King Of Limbs n’a pas échappé à la règle. Initialement prévu pour sortir le 19 février dernier, le groupe a décidé de le sortir un jour à l’avance. Bon, vu comme ça, ça n’apparaît pas comme extraordinaire mais c’est assez symptomatique de ce que fait le groupe en matière de buzz.

Pour In Rainbows, nous avions eu le droit à un téléchargement en ligne, avec une liberté pour ce qui était de l’achat (en moyenne 6-7 euros tout de même). Le groupe a ainsi expérimenté le court-circuitage de tout système de distribution. C’était une véritable révolution. Pour le dernier album, point de gratuité, ou liberté de prix, puisque ce dernier était fixé.

Ram-dam mis à part, intéressons-nous à l’album en lui-même qui n’est absolument pas une révolution. Radiohead reste dans la continuité de ce qu’ils ont fait depuis The Bends, c’est-à-dire tendre vers la musique électronique en délaissant le rock pur et dur. Certains appellent ça du rock alternatif, mais nous en sommes bien loin. On est carrément dans l’expérimentation électronique. Un son qui va vous transporter, et vous amener (je l’espère) vers des terres musicales inconnues. La bande de Thom Yorke a pris ce parti, et on ne peut, d’une manière, que les féliciter.

Bref, dans cet album donc, fi de révolution ou de quoi que ce soit. Nous sommes finalement assez proches de Kid A, qui était assez inventif en matière de musique électronique. Ce qui est, en fait, la continuité pure et simple de ce qui avait été entamé sur OK Computer (sorte d’hybride pop/électro avec des hits comme Karma Police, No surprises, Paranoid Android…).

En 2011, Radiohead n’a pas changé de voie. Mais l’électronica s’est en quelque sorte imposée sur leur musique. On la retrouve très présente sur des titres comme Bloom ou Little By Little notamment.
Le piano est également utilisé dans Codex. Ce qui n’est pas pour déplaire, puisque la voix plaintive de Thom Yorke l’accompagne sublimement. Cette voix qui a tant marqué toutes les productions de Radiohead est toujours présente.

Ce que l’on peut déplorer, mais ça ce n’est qu’au bout de tous ces albums d’électronique, c’est que Radiohead a définitivement quitté les terres du rock de leur début, que l’on trouvait sur Pablo Honey et The Bends. Le genre de disque qui nous fait tant aimer un groupe. Peut-être qu’ils sentaient en avoir fait le tour.

En tous les cas, Radiohead n’a sûrement pas fait le tour de la musique électronique. Et même si tout le monde se presserait de les voir en live (chose pour laquelle je ne vois que peu d’intérêt), Radiohead reste un groupe à écouter chez soi. Les expérimentations musicales de Jonny et Colin Greenwood restent accessibles, mais au bout de plusieurs écoutes. L’idéal serait que le prochain album de Radiohead en soit un vrai, et non pas une copie plus ou moins moyenne de ce qu’ils ont fait il y a quelques années.

Cependant, on peut noter quelques bonnes choses, comme le clip et la chanson Lotus Flower, ou encore Feral. Give Up The Ghost nous transporte également vers les limbes. Et peut-être qu’un jour, Thom Yorke et sa bande (re)deviendront les rois des limbes. Encore faudrait-il se rattacher au wagon du rock…

Sylvain

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

2 réponses à “Radiohead – King Of Limbs – 6/10

  1. escobar56

    Ca fait plaisir de revoir un peu de zik là, tiens ! De Radiohead je n’ai que le classique Kid A, tu me diras c’est déjà pas mal vu l’ampleur du skeud. Bref j’ai pas d’avis à donner sur cet opus, faudra que tu me fasses écouter ça car je kiffais le délire du groupe y’a quelques années (les années Kid A, justement).

    • c’est dans la même veine que Kid A. mais bon, rien de franchement exceptionnel mis à part quelques titres sympa (lotus flower, bloom, little by little). Tu devrais choper The Bends aussi, mais je ne sais pas si tu aimerais, car on est, pour le coup, dans le vrai rock.
      20syl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :