Faites le mur (4/5)

Réalisé par Banksy
1h30

Résumé : Thierry Guetta est un français qui a émigré aux Etats-Unis et qui a réussi dans les affaires en montant un magasin de fringues.
Passionné par l’art urbain, et toujours armé de sa caméra, il va commencer à suivre son cousin, Invader, lui-même artiste de rue, et va, de fil en aiguille, s’intéresser à tous grands noms de la discipline.
Il décide alors de réaliser un documentaire avec toutes les archives dont il dispose, mais il se rend vite compte qu’il manque un artiste, le plus grand et le plus mystérieux : Banksy !…
Et c’est justement Banksy qui nous conte l’histoire de cet étrange français…

Petit évènement sur Bathart puisque « Faites le mur » est le premier documentaire critiqué sur le blog, et, à vrai dire, nous ne sommes pas peu fiers que ce soit lui qui ouvre la marche… !

Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Banksy est un des plus grands artistes de notre ère ! Seulement voilà, au lieu d’être exposé au Louvres ou au Prado, lui il œuvre dans la rue…
Partout dans le monde, dans les rues, ils nous offrent ses chefs d’œuvre…dans la plus parfaite illégalité !
Ses plus grands faits d’armes ? Des dessins de paysage idyllique sur les murs palestiniens et israéliens ; l’installation (illégale bien sûr !) de quelques uns de ses tableaux au British Museum ; le piratage de la sortie du CD de Paris Hilton ; ou bien encore l’impression de faux billets de 10 euros à l’effigie de Lady Diana…
(A noter que le dessin qui se cache derrière notre très cher blog est également une œuvre de Mr. Banksy !)

Grand provocateur, il nous offre ici un film, non pas centré sur lui-même (ce que tout le monde attendait à vrai dire !), mais bel et bien sur cet artiste étrange nommé Thierry Guetta, plus connu sous le nom de Mr. Brainwash.
Et là où Banksy fait des merveilles, c’est qu’en réalisant un simple documentaire (ou plutôt documenteur), il parvient encore une fois à nous embrouiller !

A la sortie de la salle, les interprétations varient d’une personne à l’autre, et les opinions divergent d’un endroit à l’autre !
Il y a ceux qui en sortent avec une folle envie de faire du street art et de dessiner sur les murs, ceux qui voient en cette œuvre une critique de la généralisation, de la normalisation de la culture ; ceux qui pensent que Banksy a voulu faire un film pour critiquer cette uniformisation de la culture à travers le personnage de Mr. Brainwash, et ceux qui, au contraire, pense que Mr. Brainwash et Banksy sont une seule et unique personne, et que le film n’est qu’une manipulation de plus de la part de l’artiste londonien…

Personnellement, même si je pense que cette dernière théorie est fausse, je dois tout de même avouer que cette théorie m’est passé par la tête durant la projection…
Banksy est un artiste manipulateur, et ne serait-ce pas là la plus belle des manipulations que d’être à la fois l’un des artistes les plus reconnus du 21ème siècle (Banksy), et l’un des plus grands imposteurs de la culture urbaine (Mr. Brainwash), le tout en réalisant un film sur ce dernier pour séparer un peu plus les deux personnages et induire un peu plus le public en erreur ?
Bon d’accord, tout ceci est bien complexe, mais c’est le personnage de Banksy qui veut cela !
Il y a très peu de chance pour que cette théorie soit exacte, mais avouons tout de même que cela aurait été l’une des plus prouesses artistiques du siècle !

Dès lors, on a le droit de se poser de multiples questions sur Banksy : existe-t-il vraiment ? Et quand bien même, s’il existe, est-il un ou plusieurs ? (ça commence à ressembler à « La personne aux deux personnes » !) Peut-on rester aussi longtemps « invisible » ?

Le film ne répond pas à ces multiples questions, on reste donc un peu sur notre faim à ce niveau-là, mais en ce qui concerne les nombreuses archives filmées et les innombrables provocations de Banksy, on est largement bien servis.
On prend un pied total à découvrir les œuvres de ce génie moderne, leur mise en place et leur succès, et on crie haut et fort : Vivement la prochaine incursion de Banksy dans le 7ème art !

Un film à l’image de son réalisateur, Banksy : étrange, mystérieux et éblouissant !

 

Tony

 

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

5 réponses à “Faites le mur (4/5)

  1. Le film est une leçon sur le street art, et l’art en général. Une barre de rires pendant 1h30, avec un Thierry Guetta pathétiquement drôle. En effet, le film pose certaines questions, pour lesquelles il est difficile de trouver des réponses. Il faut juste observer, après tout, il peut nous manipuler s’il veut, il faut juste se laisser porter par le film. Cet article, en tout cas, résume assez bien ce que j’ai pensé du film. Bravo Tony !

    20syl pour Bath-Art

  2. Gueguette

    Salut les collègues,

    au départ si mes souvenirs sont juste le documentaire devait être réalisé par Thierry Guetta qui suivait les artistes de Street Art dont Banksy.
    Malheureusement, comme on peut le constater dans le film, le Thierry est un peu bordélique, et film beaucoup de « merde ». Donc au final il pond à Banksy un clip de 90 minutes, apparemment très mauvais (je crois que Banksy le qualifie de fou après visionnage). Comme quoi tout le monde ne s’improvise pas réalisateur, artiste…
    Et c’est à ce moment que Banksy reprend le projet, avec un sujet tout trouvé : le fameux Mr. Brainwash. Qui pour moi n’est qu’un vaste imposteur, un copieur, un google image, une parodie, un marché industriel.
    Cet homme représente une société de consommation à lui tout seul: complétement abrutis par les publicités, « les tendances ».
    Pour conclure, d’après moi, Banksy se fou ouvertement de la gueule de « Mr. Brainwash ». Les dernière minutes du docu me semble assez révélatrices et explicites à ce sujet.
    Au final on peut ce demander ce qu’est réellement l’art ?
    Banksy aurait du garder le premier titre qui lui venait à l’esprit: « Comment vendre de la m… à des c… ».

  3. Corentin Nicolas

    On sent la passion, par contre on (je) a l’impression que tu ne parles que de Bansky et pas beaucoup du film en lui même. Il est cool ? on se fait pas trop chier ? Il faut connaître un minimum Bansky avant d’aller voir ?

    • Je parle énormément de Banksy parce que, finalement, même s’il n’est que le réalisateur de ce « documenteur », il en est également (et indirectement) l’un des sujets principaux !
      Le film est très bon justement parce que Banksy en est l’un des points centraux et par conséquent parce qu’il déverse sa propre identité sur le film, c’est à dire du mystère, de la provocation, et un sens inné de l’image (même lorsque celle-ci est animée !)
      Il n’y a aucunement besoin de connaître Banksy pour regarder le film. Au contraire, cela doit être encore plus jouissif quand on le découvre sur grand écran !

  4. escobar56

    L’affiche est tellement belle. Que c’est rare dans le cinoche !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :