Gorillaz – The Fall – 5/10

Le génial groupe de Damon Albarn nous propose un album entièrement composé à partir d’un iPad. Le résultat est mitigé, et pas vraiment à la hauteur malgré l’envie et le lieu de composition (The Fall a été réalisé durant la tournée du combo). Un opus qui vous rappellera l’époque des cassettes audio (aussi appelées musicassettes stéréo), où chaque chanson se terminait en fondu de sortie, comme ici. Malheureusement, ça ne suffit pas pour nous convaincre d’acheter la galette.

Gorillaz, groupe imaginé par le génie de Damon Albarn et le trait de Jamie Hewlett, a vu le jour en 1998, et pondu le chef-d’œuvre éponyme en mars 2001. La décennie, et donc le millénaire, ne pouvaient alors mieux commencer. Dix ans et deux albums plus tard, on retrouve, sur Internet, The Fall en téléchargement gratuit. Le concept est simple : concevoir un disque uniquement à l’aide d’un iPad (vous savez, ces tablettes estampillés Apple qui n’ont aucun intérêt). Gorillaz a donc créé cette “œuvre” uniquement à partir dudit objet, et ce durant leur tournée nord-américaine d’octobre 2010. Le voici aujourd’hui dans les bacs de nos disquaires favoris, six mois après sa sortie sur les plateformes de téléchargement.

La première question que l’on se pose est la suivante : l’achat vaut-il le coup ? Non, absolument pas, même s’il s’agit du premier album conçu à partir d’un iPad. Grâce à des applications combinant tout un tas d’instruments (guitares, boîtes à rythmes, claviers etc.), les Gorillaz et quelques “specials guests” (Paul Simonon et Mick Jones, entre autres) sont parvenus à une mixture très expérimentale, car il ne s’agit que de cela ici. On arrive donc à un album plutôt orienté trip-hop, composé de boucles musicales planantes et hypnotiques. Par cela, on voit que l’iPad montre certaines limites ; il ne suffit pas d’en posséder un pour être un grand musicien, il faut du talent aussi. Gorillaz en a, sans aucun doute, car un garçon comme Damon Albarn n’a plus rien à prouver aujourd’hui. Cependant, The Fall recèle quelques perles comme “Phoner To Arizona”, entêtante, ou encore l’agréable “Revolving Doors”. Mais aussi une poignée de mystères tels “California & The Slipping Of The Sun” qui met du temps à démarrer et qui, une fois parti, s’arrête brusquement. Etrange.

Mick Jones (ancien Clash), lui, a posé ses doigts sur les cordes de “HillBilly Man” pour nous donner un son de guitare pur qui s’égare vers la musique électronique ensuite. Oui, c’est bizarre, expérimental, et ça peut nous rappeler beaucoup de groupes qui ont tenté des crossovers à travers des albums-concept comme celui-ci (on pense au Zaireeka des Flaming Lips, ou encore au Pet Sounds des Beach Boys). Sauf que dans le cas présent, c’est plus ou moins réussi. On reste très partagés malgré quelques titres phares (“The Parish Of Space Dust”) qui nous donnent l’impression de planer grâce aux nappes musicales qu’envoient les claviers (rien à voir avec Christian, pas d’inquiétudes). En revanche, cette cuvée contient également son lot de ratés comme ce “Joplin Spider”, sorte de pot-pourri, vraiment pourri pour le coup.

L’album s’intitule The Fall, pas en hommage au mythique groupe post-punk anglais, mais parce qu’il a été enregistré en octobre, tout simplement. L’automne, magnifique saison colorée annonciatrice de l’arrivée du grand froid. Cet opus, lui, peut s’écouter n’importe quand puisqu’il n’a pas d’âme particulière. Albarn et sa bande ne sont peut-être (et sûrement) pas finis, mais ce disque prouve bien qu’un iPad n’est pas suffisant pour faire passer une quelconque émotion. Il faut parfois bien plus que ça. Reverrons-nous un jour les Gorillaz au sommet, comme sur le premier album ? Ceci est une autre paire de manches.

Sylvain

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

2 réponses à “Gorillaz – The Fall – 5/10

  1. Corentin Nicolas

    Serait-il possible d’obtenir le lien pour le téléchargement gratuit ?
    Merci
    Corentin
    Agence VinciCom

    • c’était possible jusqu’en décembre dernier. mais autrement, tu peux l’écouter sur Deezer ou sur le site de Gorillaz. Tu peux aussi acheter le skeud en bac.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :