Polisse (4/5)

Réalisé par Maïwenn Le Besco
Ecrit par Maïwenn Le Besco et Emmanuelle Bercot
Avec : Joey Starr, Maïwenn Le Besco, Marina Foïs, Karin Viard, Nicolas Duvauchelle, …
2h07

Résumé : Mélissa, une jeune photographe, est envoyé auprès de la Brigade de Protection des Mineurs  pour réaliser un reportage sur la Police de Paris. Elle va découvrir (et nous en même temps) le quotidien de cette brigade méconnue qui doit faire face aux affaires de pédophilie, de viol, de fugue ou bien encore de maltraitance. Elle va par la même occasion apprendre à connaître les membres de la brigade et les relations difficiles qu’ils entretiennent avec leurs vies privées.

Sans nul doute le film coup de poing de cette fin d’année 2011 !
Chose étonnante, cette claque cinématographique ne nous vient pas d’outre-Atlantique mais bel et bien du Vieux Continent, et, plus étonnant encore, de France !

« Polisse », le troisième film de Maïwenn Le Besco (après « Pardonnez-moi » en 2006 et « Le bal des actrices » en 2009) fait partie de ces films français qui ont cartonnés à Cannes (et qui sont d’ailleurs souvent récompensés : Prix du Jury cette année pour « Polisse »), qui méritent allègrement l’appellation « d’œuvre d’art et essai », mais qui vont cependant réussir à attirer le public dans les salles grâce à la bonne promo qui les accompagnent (j’en entend déjà certains qui crient « mainstream », mais laissons-les piacher dans leur coin !).

Avant « Polisse », il y a eu « Entre les murs », en 2008 (lauréat de la Palme d’Or), « Un Prophète » l’année suivante (Grand Prix du Jury qui aurait mérité la meilleure place du podium) ou bien encore « Des Hommes et des Dieux » l’an passé, reparti également avec le Grand Prix du Jury (chose incompréhensible après visionnage de l’œuvre abjecte et futile d’Apichatpong Weerasethakul qui a pourtant décrochée le gros lot…).

Cependant, malgré la comparaison avec ces trois films, « Polisse » apparait tout de même nettement différent…
Premièrement, là où les autres films ne disposaient pas de têtes d’affiche (Tahar Rahim/Niels Arelstrup chez Jacques Audiard, c’est gargantuesque…mais ça fait pas tellement rêver la ménagère !), le film de Maïwenn propose lui un casting quatre étoiles : Joey Starr (ex NTM), Marina Fois (ex Robin des Bois), Karin Viard, Nicolas Duvauchelle, Karole Rocher, Sandrine Kiberlain, Wladimir Yordanoff, Jérémie Elkaïm (qui continue son chemin après le succès de « La guerre est déclarée ») ou bien encore Anthony Delon et Audrey Lamy en guest.

Et ensuite, même si le thème central de « Polisse » est relativement noir (bien qu’ on rigole souvent avec les flics de cette brigade !), il s’avère tout de même beaucoup moins austère et donc beaucoup plus accueillant que les trois œuvres précédemment nommées.

Le « Prophète » de Jacques Audiard était un film très sombre, qui tirait d’ailleurs toute sa force de cette noirceur ; le film de Xavier Beauvois, lui, est beaucoup plus clair, mais également beaucoup plus froid, car beaucoup plus posé ; quand au film de Laurent Cantet, il est un mélange de clarté et de noirceur qui, bien qu’assez proche finalement de l’œuvre de Maïwenn, se différencie également par un ton un zeste plus alarmiste.

Mais c’est sur ces deux points précis, qui la différencient donc de ses prédécesseurs, lauréats cannois, que « Polisse » va justement réussir à briller.

Tout d’abord les acteurs, clé de voûte du film, qui, étant nombreux et possédant tous des talents différents, apportent une réelle énergie à leurs personnages et donne une véritable cohésion au film.
Mais même s’ils sont tous extrêmement bons, il faut bien reconnaître que le véritable point clé du film, c’est Joey Starr, qui trouve enfin ici un rôle qui lui convient parfaitement.
Maïwenn (qui, ne l’oublions pas, est son ex-girlfriend) lui offre un rôle en or où il peut exprimer à la fois sa rage et sa grande gueule (sa face public), ainsi que sa sensibilité et son cœur (sa face cachée).
Rappelons d’ailleurs que Joey Starr fut lui-même un enfant maltraité et battu, ce qui rend encore plus touchantes les colères et les larmes qu’il déverse…

Ensuite la clarté du film, qui fait toute la différence.
Sur un sujet triste et important, Maïwenn ne tombe pas dans les facilités du mélo et de la démesure lacrymale, mais préfère opter pour la légèreté (même s’il s’agit souvent d’une légèreté déguisée) en suivant non pas les affaires que traite la brigade, mais plutôt la brigade elle-même.

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : je ne dis pas que le film de Maïwenn est léger, loin de là ! J’insiste simplement sur le fait qu’elle a eu raison d’insister d’avantage sur les inspecteurs de la brigade (et notamment la difficile relation qui se noue entre la vie de famille et un tel travail) plutôt que sur les viols ou les violences.

L’une des forces du film est d’ailleurs de nous faire passer en un instant du rire aux larmes (et vice-versa), ou bien encore de faire rire aux larmes toute une salle de cinéma sur le cas d’une jeune fille qui a accepté une fellation simplement pour récupérer son portable (la scène la plus drôle, la plus pathétique et peut-être l’une des plus intéressantes du film) !

C’est ça la force de « Polisse » (joli jeu de mots mon cher Tony – Merci !) : un sujet fort, peu courant au cinéma, qui prend de plus en plus d’importance dans notre vie quotidienne, mais traité d’une manière suffisamment intelligente pour que l’on puisse en rire aux moments opportuns.

Et ça c’est primordial autant pour plaire au public que pour faire passer un message…

 

Tony

 

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

4 réponses à “Polisse (4/5)

  1. 20syl

    Je pense que tout est dit. Le 4 est mérité. Pour une fois, je dois dire qu’un film français m’a interpellé.
    La mise en scène permet au spectateur de ne pas s’endormir, et les acteurs sont effectivement d’une justesse, on y croit vraiment (grâce au travail fait en (benoît) amont du tournage, entre autres).

  2. coco_cruz

    en effet l’ensemble des acteurs m’est (Benoit) apparu très à l’aise. Non en vrai je l’ai pas vu mais c’était pour le jeu de mot.

  3. Nico

    Encore une fois je suis tout à fait d’accord avec vous mon cher Tony. Polisse est LE film français à recommander à tous depuis quelques années. C’est vrai que ça faisait longtemps que je n’avais pas été en salle pour un film venant de l’hexagone.

    J’attend de voir ce que tu vas nous dire à propos de Tintin (si vous faîtes un petit article 😉 )

  4. Coco_Cruz

    Maintenant que je l’ai vu je peux dire que en effet c’est un bon film. Je m’attendais à être bouleversé après les avis reçus de mes amis. Ce ne fut pas la cas, mais c’était aussi peut-être à cause du gars qui m’accompagnait qui ne faisait que me dire des conneries, je ne suis donc pas rentré complètement dedans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :