Les marches du pouvoir (4/5)

Réalisé par George Clooney
Ecrit par George Clooney, Grant Heslov et Beau Willimon
Avec : Ryan Gosling, George Clooney, Philip Seymour Hoffman, Paul Giamatti, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood, …
2h08

Résumé : Stephen Meyers est l’adjoint du directeur de campagne du gouverneur de Pennsylvanie, Mike Morris, candidat à l’investiture démocrate aux élections primaires. Stephen est encore idéaliste. Il est persuadé que le candidat pour qui il travaille, au-delà de son programme politique, possède les vertus qui feront de lui un bon Président. La course pour remporter les voix des grands électeurs de l’Ohio s’annonce serrée. Le gouverneur Morris refuse les compromissions, tandis que le camp adverse manœuvre pour rallier Meyers à sa cause… ou pour le discréditer

Après avoir traité l’Amérique des années 60-70 à travers le destin de l’animateur TV/tueur à gages pour la CIA Chuck Barris dans son premier film (« Confessions d’un homme dangereux »), la sombre période du Maccarthysme et des 50’s dans son second (« Good Night, and Good Luck ») et le mélange sport/slapstick dans les années 30 dans son troisième film (« Jeux de dupes »), George Clooney, l’homme parfait qui sait tout faire, se décide enfin à analyser ses contemporains.

« Les marches du pouvoir » (dont le titre original « The ides of March » fait référence aux ides de mars, période au cours de laquelle fut tué Jules César) est un film que tout le monde attend depuis déjà quelques temps maintenant.

D’abord, c’est une évidence, parce qu’il s’agit du nouveau film de George Clooney, acteur quelque peu sous-coté malgré son aura international, et réalisateur très talentueux qui devait se rattraper après un dernier film un peu trop léger.

Ensuite, parce que tout le monde connait les idéaux de George Clooney et qu’un film réalisé par George Clooney sur l’Amérique, sur la politique (et surtout ses dessous) et sur la Démocratie, ça donne forcément quelque peu envie… !

Et enfin, parce que pour y parvenir Clooney a réuni une brochette de comédiens particulièrement ahurissante : Clooney himself en candidat propre à l’intérieur, sale à l’extérieur ; Ryan Gosling (l’acteur le plus hype au monde !) dans le rôle de l’idéaliste, Philip Seymour Hoffman et Paul Giamatti (deux des acteurs les plus sous-estimés d’Hollywood) dans les rôles des directeurs de campagne des deux camps ; et les sublimes Evan Rachel Wood et Marisa Tomei (qui avaient déjà partagées l’affiche il y a 3 ans dans « The Wrestler » de Darren Aronofsky) pour ajouter une touche féminine.

Forcément, avec tout ces ingrédients là, on avait énormément à espérer de ces « Marches pouvoirs »
Et justement, on en attendait peut-être un peu trop…

Qu’on soit bien d’accord, le film de Clooney est très bon, très intéressant, très intelligent, très propre…et peut-être justement trop propre.
On a parfois l’impression que l’addition de tous les éléments susnommés n’a pas véritablement fonctionnée et que le film, malgré son efficacité, est un zeste trop propre sur lui, trop lisse, trop « parfait »…

Personnellement, quand je vais voir un film sur la politique, et de surcroit sur la face cachée de la politique, je m’attends à ressortir de la salle avec une rage incommensurable, une envie de crier, de foutre tout en l’air… Mais là, bizarrement, rien de cela…
Clooney nous amène vers cette histoire particulièrement intéressante, mais ne parvient nullement à provoquer en nous un sentiment de haine et de révolte.

La comparaison avec le chef d’œuvre de Frank Capra « M.Smith au Sénat » est peut-être un peu forte car les deux films ne jouent pas tout à fait dans la même catégorie (Clooney n’est pas encore Capra, même si le jeune Stephen Meyers possède quelques traits communs avec les héros du réalisateur de « New York – Miami »), mais puisqu’ils traitent du même thème général (la politique), osons-la tout de même !

J’ai revu « M. Smith au Sénat » il y a quelques semaines, et après visionnage mon sentiment reste identique à celui ressenti la première fois : un mélange de haine et de désespoir très naïf mais qui a le mérite de faire remuer moult choses en moi.
C’est ce que tout cinéphile recherche, le bouleversement, l’émoi et la force.
L’œuvre de Capra provoque ce genre de sentiment ; celle de Clooney pas véritablement…

« Les marches du pouvoir » reste un film intéressant et intelligent, mais il ne fait aucun doute qu’il n’a pas les qualités pour marquer pleinement son temps… Mais bon, il mérite quand largement son coup d’œil !

Tony

 

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

Une réponse à “Les marches du pouvoir (4/5)

  1. Très bon film, mention particulière au casting ! A quand un film sur les dessous de la primaire socialiste !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :