Live Report Transmusicales 2011

Une partie de l'équipe, le vendredi

Comme un grand live reporteur de Bath-Art (Oui oui, Thibaut), je me suis infiltré aux Transmusicales qui avaient lieu du 1er au 4 décembre à Rennes. J’ai fait du mieux que j’ai pu.

Jeudi 1er décembre 

Avec l’arrivée des frérots le jeudi après-midi, on ne pouvait que constater la dureté de la soirée qui s’annonçait. En ce jeudi 1er décembre, passait le groupe La Femme, qui a pour but de donner du plaisir. C’est donc après quelques nombreux verres que l’on décide d’y aller, tête baissée. La Femme passe à 20h au Sambre, un bar génial, mais minuscule. Nous y voici donc, un peu après 20h, il commence à y avoir du monde mais ça reste correct. Après une ou deux pintes (je ne sais plus très bien), on décide de filer vers le pipi-room, chose normale pour un amateur de bières. Mais c’est en ressortant que l’on s’aperçoit de la foule impressionnante. Problème, un mec devant nous nous avertit que si on essaie de lui passer devant, il nous latte la gueule. J’essaie donc d’être cool avec lui, de l’implorer, mais c’était bel et bien un con auquel on avait à faire. Heureusement, grâce aux importants mouvements de foule, on arrive à se déplacer, et on finira pas loin devant ceux que l’on présente comme les espoirs 2012. Pour ma part, c’est déjà confirmé, après plusieurs EP, mais toujours aucun album. En live, La Femme nous fait vibrer. Le concert fut vraiment très intense puisque j’ai fini, avec mes collègues, complètement trempé. Trempé mais heureux d’avoir pu entendre Antitaxi, Télégraphe, L’amour dans le motu, Sur La Planche, les derniers sortis Paris 2012 et From Tchernobyl With Love. Après le concert, on a tapé la discute avec un membre du groupe, dehors. Bon, c’est clair que j’étais pas très frais, mais ils restent assez accessibles pour le moment.

Ensuite, on file au Backstage, voir les journalistes des Inrocks jouer les DJ le temps d’une soirée. Globalement sympa, et remplis de jolies nanas, tout ce dont je me rappelle à peu près (une blonde et une brune, je crois). Bref, un after, tout ce qu’il y a de plus correct. On finira un peu plus tard chez moi, à picoler avant de dormir.

Vendredi 3 décembre 

Le lendemain, on était on ne peut plus frais pour aborder ce deuxième jour, au Parc des Expositions cette fois-ci. Avec l’arrivée d’un frérot néophyte à tout ce qui est culture underground, ça ne pouvait que s’annoncer beau et grandiose. Ça le fut. On prend les navettes (au passage, bien organisées, pas bondées), pour 15 minutes de trajet. On arrive juste vers la fin du set de Luz, dessinateur à Charlie Hebdo, ici pour mixer. En bon pote de Murphy, il nous fait plaisir en passant du Lcd Soundsystem. Je le remercie en lui touchant le crâne. A part ça, faut dire qu’il était bien raide, et que ses DJ set entre les groupes étaient plus que moyens. Nous filons voir Breton ensuite, groupe qui, comme son nom ne l’indique pas, est anglais. les deux musiciens se révéleront très efficaces blaguant même sur leur patronyme, ici en terre bretonne. Une réussite, aussi efficace sur album qu’en live.
Ensuite, place aux norvégiens de Kakkmaddafakka qui vont nous livrer un concert très rythmé, et parfaitement inattendu. Avec les frérots, on est assez vite pris dans l’ambiance, et les gens autour également. Les hits Your Girl et Gangsta nous achèvent, tellement ils sont efficaces. A la fin du set, le batteur me serre la main, signe qu’il m’a reconnu (Bath-Art est connu jusqu’en Norvège Ndlr). Nous allons voir un petit bout de temps Robin Foster. Je me rappelles que j’aimais beaucoup sur album, mais le live ne m’a pas marqué.
Après avoir erré entre les salles, boire quelques pintes, je repars vers le hall 9, voir Sbtrkt (ou Subtrakt pour les initiés). Là, on a le droit à un live pas forcément bien maîtrisé, mais efficace. Un son dubstep, avec des hits efficaces (Wildfire, Right Thing To Do, Something Goes Right), qui fait tout de même mouche, surtout à 2 heures du matin. Ensuite,  je vais faire un tour à l’accueil où je remarques une agréable (et jolie il faut bien le dire) bénévole, qui m’a supporté pendant environ une heure je crois. Fort sympathique et m’encourageant à aller voir les concerts,  j’y retourne, mais j’aurais loupé les Totally Enormous Exctinct Dinosaurs, et quelques autres. Et je finirais donc par voir le groupe mexicain Dellarge qui clôt la soirée (ou ouvre la journée, comme on le sent), assez basiquement, et en manquant d’énergie.

Samedi 4 décembre

Le samedi laissait place à un peu plus de « têtes d’affiches ». On verra,assez rapidement, que ça ne sert à rien. La soirée commence par s’abreuver, donc direction le bar. Puis, on file vers le hall 4 ou Rivoli chauffe la soirée avant les rappeurs de Shabazz Palaces. Ils passeront, pour finir, You de Gold Panda, ça permet donc de partir sur des bonnes bases pour la suite. Ensuite, place aux fameux Shabazz Palaces, bons sur disque. Ils ne le seront pas en live, malheureusement. C’est une catastrophe, on n’entend pas les voix des Mcs, le flow est complètement saccadé, et il y a beaucoup trop de basses. Une déception, mais venant d’un groupe de rap, ça paraît un peu normal.
On part donc assez rapidement pour aller boire un verre avant d’enchaîner sur le set d’Agoria. Ce dernier nous proposera un concert un peu plus maîtrisé, mais pas forcément entraînant. Dommage. Retour vers le hall 4 pour la suite, avec le live de Spank Rock, très attendu pour ces 33èmes Transmusicales. Il livrera, au final un moment plus que passable, mieux que les Shabazz Palaces, mais très loin d’être retentissant. On revient au hall 4 pour aller voir Don Rimini, qui lui nous fera un peu plus rêver que les précédents. C’est en effet, un peu plus dansant, on peut s’éclater. Il est venu à Rennes pour un live spécial à la demande de Jean-Louis Brossard (programmateur des Trans). Il est perché sur une scène à 20 mètres de haut et ça a l’air de l’éclater. Nous un peu moins. Et puis on finira par Fukkk Offf, qui va livrer un set assez bourrin, mais loin d’être formidable.

Globalement, de ces Transmusicales, ça n’est clairement pas la meilleure fournée. Un peu de découvertes sympathiques (le vendredi, essentiellement), mais beaucoup de déceptions. La Femme reste le concert de ce week-end, et pour ma part un des plus survoltés de l’année. 

Ps : il y a très peu de vidéos disponibles sur le net, en raison des services de sécurité qui, entre autres nous empêchaient de danser sous peine de se faire éjecter manu militari, interdisaient également aux gens de filmer. Bref, un service de sécurité loin d’être clean.

Sylvain

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

9 réponses à “Live Report Transmusicales 2011

  1. Tu l’as fait ! Bravo !
    Par contre pour ça : « Une déception, mais venant d’un groupe de rap, ça paraît un peu normal », j’peux plus grand chose pour toi !

  2. Alors ça c’est p’tite quenelle, hein, pour BHL.

  3. Johny got his warm gun

    Après je pense que les 3/4 des trucs qu’on a vu au parc expo, tu les mets dans un bar où 150 fous furieux s’entassent en 10 M2, ba ça donne forcément un truc de ouf malade quoi

  4. escobar56

    Je suis quand même étonné de votre avis sur Shabazz Palaces car tout ce que j’ai lu était positif. De Libé aux Inrocks en passant par je sais plus qui

    • je n’y peux absolument rien si ces gens là se contentent d’un rien. tu remarqueras que leurs avis convergent tous, c’est vrai. C’est pour ça que c’en est flippant. Il aurait fallu que tu vois par toi-même, vraiment.

  5. Johny got his warm gun

    On pourra se faire un avis plus réfléchi sur arte live web( par exemple j’ai maté Breton et j’ai trouvé ça bien plat comme il faut). Spoeck mathambo ça pouvait être cool, il a même repris she’s lost control

  6. escobar56

    Y’a qui sur Arte Live Web qui passait aux Trans’ ?

  7. Johny got his warm gun

    La plupart des biens, y en a 17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :