Un festival pas si nouveau – 3,5/5

Certains lieux artistiques sont comme des mythes, des grands barracudas de l’expression culturelle. Ils sont des valeurs sûres, des emblèmes, des rocs ! … des pics ! Des caps ! Que dis-je, des caps ? Des péninsules ! Aujourd’hui, nous allons partir à la rencontre du Centre Beaubourg. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est mon « fief », mais presque. Il est, comme son aspect extérieur, peu conventionnel et source de toutes les interrogations. Pour ne citer qu’une idée essentielle : je dirais qu’il se renouvelle régulièrement avec beaucoup d’idées.

Actuellement, et cela jusqu’au 12 mars, a lieu le Nouveau festival du Centre Pompidou. Ce festival pas si nouveau en est à sa troisième édition. Il mêle expositions, spectacles, cinéma, conférences et performances. L’idée première est de « se réinventer entièrement pour vous proposez à chaque fois un festival véritablement nouveau » [Alain Seban, président du Centre Pompidou]. Durant trois semaines, cet évènement affirme les volontés de pluridisciplinarité et de nouveauté du lieu. Attirée par une affiche aussi drôle que flippante, je m’y suis donc rendue fin-février.

A chaque journée ces évènements : www.centrepompidou.fr. J’ai eu la chance d’assister au tournage d’un film de Guy Maddin. Le cinéaste canadien a eu l’excellente idée de réaliser un film inédit en s’inspirant de films perdus ou jamais tournés, conçus par de grands noms de l’histoire du cinéma : Vigo, Lubitsch, Mizoguchi, Von Stroheim ou encore Naruse. Cet évènement quotidien est intitulé Spiritismes. L’auteur explique convoquer « l’esprit errant de ces films-fantômes lors de séances de spiritisme charlatanesques et performatives ».

Bon, si l’aspect magico-paranormal du tournage ne m’a pas réellement sauté aux yeux, j’ai eu la chance d’assister aux répétitions d’une scène de meurtre cocasse avec Mathieu Amalric. De nombreux comédiens comme Jacques Nolot, Charlotte Rampling ou Mathieu Demy ont ainsi été conviés à ce projet titanesque : tourner un court-métrage par jour (soit dix-sept au total). Une idée originale qui mérite d’être colportée. Evidemment, même si on aimerait aller observer de près les décors, poser des questions aux techniciens et faire de la lèche aux acteurs, cela n’est en rien possible. Un scotch noir sur le sol nous rappel que nous ne sommes que des spectateurs, et c’est déjà pas mal !

Si une petite tripotée de salles accueille différents univers, le thème premier illustré par l’affiche du festival se retrouve dans l’espace 315 et la grande salle : Teenage Hallucination. Une exposition, conçue par l’artiste et metteur en scène Gisèle Vienne et l’écrivain Dennis Cooper, met en lien la mémoire de  l’enfance avec les fantômes, spectres et autres bizarreries angoissantes : GENANT. Les 39 poupées géantes d’adolescents plus que dépressifs disposées dans une salle vide sont particulièrement sinistres.


Si l’univers autour des marionnettes, poupées et personnages étranges est frappant, le reste est relativement fouillis. On a du mal à faire le lien entre les salles et à en comprendre le cheminement, surtout qu’on manque cruellement d’informations. Un festival apprécié avec modération donc, mais on aimera tout de même fortement sa variété (désorganisée) et sa gratuité. Et oui, même avec un trou dans votre portefeuille vous pourrez aller vous lover auprès des cauchemars de votre jeunesse. Que je vous rassure tout de même, les clowns sont quasiment inexistants. Allez-y l’esprit tranquille, profitez du 0€ à l’entrée mais méfiez-
vous du donneur de bonbons à la sortie.

Bien à vous,

Mona-Lisa

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

2 réponses à “Un festival pas si nouveau – 3,5/5

  1. johnny got his warm gun.

    Maddin est toujours aussi barré

  2. L’idée de départ est vraiment chouette. Disons qu’il a pas mal brodé autour!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :