Une semaine à Berlin

Autant vous le dire tout de suite, ce fut laborieux MAIS intense. J’étais en compagnie de Bob Aktor et M-A. Bob Aktor étant déjà allé à Berlin une semaine l’année passée, nous étions donc en totale confiance quand au programme de la semaine. Je vais tenter de résumer au mieux cette semaine absolument inoubliable dans la capitale allemande…

Dimanche 19/02

Départ de la gare de Nantes pour arriver à Montparnasse. Une surprise de taille nous attendait à la descente du train. Bob Aktor me fait signe qu’à côté de nous, il y a un célèbre animateur de jeux télévisés, de son vrai prénom Jean-Christophe Le Texier, plus communément appelé Tex. Après avoir hésité, je me lance, je vais le voir et je lui dis : « Excusez-moi, est-ce que vous êtes bien Tex ? ». Il acquiesce et me dit d’attendre car il attendait lui-même la venue de quelqu’un. Il ne m’a pas reparlé, donc pas de photos avec le faire-valoir de France 2. Tant pis.

Nous prenons ensuite la direction de la gare routière, en empruntant le métro au passage.
Le car est à l’heure, nous partons pour 14 heures de route, en passant par Bruxelles, Anvers, Hanovre puis Berlin. Autant dire que nous avons le temps de nous occuper, même M-A qui s’asseyera à côté d’une personne fort sympathique lui proposant des dattes et autres mets exotiques que notre admiratrice refusera non sans avoir insisté…

Lundi 20/02

La tour Tv

9h15, nous voilà enfin arrivés dans la capitale allemande. Il fait froid. Et c’est à cet instant que nous prenons conscience que le périple ne va pas être de tout repos, étant donné qu’aucun de nous trois n’est germanophone (non M-A, germanophone, ce n’est pas un téléphone allemand). Nous sommes à la gare routière, c’est-à-dire du côté ouest de Berlin. Nous prenons donc le métro direction le Mitte (centre) là où se trouve notre auberge/hôtel.
Une fois arrivés à l’hôtel Aloha, l’accueil est chaleureux, on nous emmène vers nos dortoirs où nous ferons la connaissance d’un sympathique voisin américain. Non, je plaisante, il s’agissait d’un connard prétentieux et antipathique. Premier contact avec ce mec : il nous intime de fermer les portes car n’importe qui peut rentrer, chose que l’on avait pourtant faite. Apparemment, il ne connaît pas la politesse. Bon, en même temps c’est logique c’est un américain, pire encore un californien… Et cela empirera au fil du séjour.

On quitte l’hôtel, le temps de se faire un kebab et on file à Alexanderplatz, la place principale de Berlin où se trouve la fameuse tour TV. On peut monter en haut, mais c’est 11 euros. En plus, j’ai le vertige, donc l’idée est vite abandonnée. On décide donc d’aller à l’île aux musées, là où se trouvent plusieurs musées regroupés, acheter un pass 3jours (pour 19 euros et pendant trois jours, nous aurons accès à la quasi totalité des musées, opération fort intéressante donc). Nous commençons par visiter ces musées, je ne me rappelle plus des noms mais enfin nous aurons vu le fameux buste de Nefertiti, ou encore une reproduction des Portes de Babylone, mais aussi des œuvres datant des époques égyptienne, gréco-romaine ou de l’empire byzantin. Après quatre heures de visite, nous quittons les musées et marchons un peu au hasard dans la ville jusqu’à passer devant une des universités de Berlin. Nous y entrons, visitons un peu. Puis nous voyons qu’il y a une conférence qui se prépare. Enfin, au début nous ne savions pas qu’il s’agissait d’une conférence, mais plutôt d’un concerto ou ce genre de conneries vu comment les gens étaient sapés. Nous nous installons, et on voit assez rapidement que le thème est l’un des juristes et professeurs les plus connus en France, Louis Vogel, d’ailleurs présent. Les intervenants alterneront entre allemand et français, et moi je m’endormirais par moment, car j’aime bien dormir n’importe où. On se casse avant la fin, malgré un buffet qui se préparait. Tant pis.

Les Portes de Babylone

Première soirée donc, à Aloha, dans notre dortoir, nous avons rencontré une pétillante suissesse et un pote lillois à elle, ce qui nous incitera encore plus à parler français. Ambiance sympathique avec M-A qui sera la reine de la piste avec sa nouvelle copine suisse. Pendant ce temps, nous sympathiserons avec deux italiens, Federico et Daniele, mais on parlera toujours anglais, langue internationale, quoi. Egalement un autre italien, je ne connais pas son nom mais il était très baraque et avait un t-shirt du Schtroumpf grognon. Nous l’appellerons le Schtroumpf donc tout au long e la semaine. Malheureusement, j’ai pensé trop tard à faire une photo avec lui…

Vers 23h30, alors que notre compatriote est couchée, Bob Aktor et moi continuons la soirée à Aloha en imposant notre musique sur la fin. Nous arriverons à mettre du Django Django et du SBTRKT après tant de merdes pas possibles et inécoutables. Ensuite on file dans un bar, un peu bizarre, où nous nous installons. Alors je commence à m’endormir, un allemand me réveille (je traduis en patois) : « Op’ là, ça va ? T’endors pas mon gars ! ». Je lui dis oui, que j’en tiens une bonne, et avec la fatigue ça n’aide pas. Il s’avère qu’il parle un peu français. Il est plutôt sympa et en plus, détail suprême, il a une magnifique coiffure queue-de-rat. Je suis donc ravi de parler avec quelqu’un comme ça, étant donné que je n’en avais pas vu depuis Valence en 2010…
On rentre ensuite, histoire de reprendre des forces.

Mardi 21/02

On se lève tard, repos mérité. On marche beaucoup à la recherche de magasins de fripes, M-a et Bob Aktor pour s’habiller, moi pour trouver la veste indienne à franges que je recherche tant. Au fil de notre marche on tombe sur le Tacheles, le fameux squatt d’artistes. Bien sûr, on rentre, rien de bien étrange à part bien sûr des tags et une forte odeur de patchouli (le parfum préféré des hippies). J’en profite pour acheter une œuvre d’art (un collage barré comme j’ai fait en 4eme) pour 5 euros. Je suis content et les autres aussi.

Le penseur, de Rodin

On bouge ensuite vers les musées. Nous verrons donc le fameux penseur de Rodin, mais également quelques oeuvres majeures, comme le tableau où il y a Robespierre qui fait un malaise ou je ne sais pas trop quoi (ouais je ne suis pas une flèche en art, moi). Nous nous rendons ensuite vers le musée d’Histoire naturelle pour M-a, car il y a des animaux, elle aime bien ça. Toutes sortes de bêtes empaillées, même Bob Aktor aura peur, déclarant, en voyant un oryx : « Oh putain, il a bougé l’oeil ! Non mais moi je reste pas là… ». Bon il est un peu parano parfois…
Mais la fin de la journée sera plus intéressante, car nous visiterons le musée d’art contemporain, où nous pourrons admirer le Mao de Warhol, oeuvre gigantesque, mais également des sculptures, collages, et autres travaux plastiques plus ou moins barrés. A signaler aussi, que nous sommes rentrés dans une chambre où la température était basse, et avec une quasi absence de lumière. Un endroit donc, où l’on se retrouve, on pense. Assez intriguant… Et M-a qui a voulu enlever ses chaussures et continuer en chaussettes dans le musée, un gardien lui a d’abord dit qu’elle allait avoir froid, puis le suivant lui indique qu’il y a des trucs bizarres par terre et qu’elle peut se faire mal tout ça en le mimant à la Chaplin. Mémorable…

On se perd pendant une bonne heure puis on arrive finalement à retrouver Aloha. Le temps de faire des courses et nous voilà repartis de plus belle pour faire la fête, sans M-a qui n’arrive pas à nous suivre. Ce soir, nous décidons donc tous deux d’aller au Cookie’s. Finalement, on prend un taxi qui nous y emmène. Une fois sur place, il s’avère que le lieu a déménagé d’endroit et est actuellement en travaux. Bob Aktor, bien émeché, veut absolument escalader le lieu, je commence à me barrer, et la là un autre chauffeur de taxi arrive, nous dit qu’il connaît l’autre lieu et propose de nous y emmener. Je ne veux pas, mais Bob Aktor propose de payer le taxi. J’accepte donc. Une fois rendus sur place, on croise des parisiens à l’entrée qui nous disent que le Cookie’s n’accepte que sur guest-list.

Le "Mao", d'Andy Warhol

On tente quand même mais c’est malheureusement bien vrai. Tant pis, nous ressortons donc, parlons avec ces français, puis on reprend le taxi direction un autre bar, le CCCP, en théorie repaire des communistes. Bon, là, nous n’en avons pas vu ou alors ils se cachent bien. Bob Aktor prendra un bloody mary absolument imbuvable et on se cassera pour essayer de retourner au bar d’hier (le bar où il y avait la queue-de-rat, si vous avez suivi). On y va mais finalement il n’y a pas grand monde, on décide donc de rentrer. En rentrant, M-A est contente, elle se fout bien de notre gueule de cette soirée ratée. RAB.

Mercredi 22/02

Une fois levés, on part avec notre suissesse préférée pour aller visiter une fois de plus Berlin. Nous commencons notre journée (ou après-midi, plutôt) par un endroit encore conservé : Checkpoint Charlie, l’un des derniers vestiges de la période du Mur de Berlin. C’est le checkpoint qui permettait de passer du côté Ouest à celui d’Est de la ville. Autant dire qu’il s’agit d’un lieu à haute teneur en histoire…

Au musée de l'histoire juive. Y a pas à dire, une kippa Batman, c'est la classe...

Puis, nous décidons de faire un truc de ouf’ malade : visiter le musée de l’histoire juive. Etant donné que c’est compris dans notre pass 3 jours. Ici et là, on découvrira toute la culture juive, ce qui est malheureusement plutôt chiant. On retiendra l’étonnante tour Holocauste, la série de kippas étonnante (Batman, Obama) et les incroyables dédales que comportait le musée. M-a s’interrogera tout de même sur l’Holocauste en me demandant : « C’est quoi les low-costs déjà ? ». Désolé…
Nous irons ensuite vers Postdamer Platz, l’équivalent de La Défense à Paris, ou la City à Londres. On y verra le Sony Center, avec son incroyable architecture, mais également les tours gigantesques abritant différents groupes (la DB entre autres…).
De retour à Aloha, nous décidons de se faire une bonne bouffe au White Trash Fast Food (que je raccourcirais WTFF). Cons comme on est, Bob Aktor et moi commandons un hamburger bio pendant que M-a restera sur une valeur sûre avec un bon hamburger classique. Nous allons voir le serveur, et lui demandons si nous pouvons changer. Il nous dit que non, mais que cet hamburger est très bon.
Quenelle de 150 (ou plus si vous voulez), une fois les assiettes arrivées, nous voilà avec nos putains de hamburgers, mais à la pieuvre !! Et oui, on n’avait pas tilté sur le « Octopus garden » dans le menu. On a quand même tout mangé, mais la pieuvre, ça n’a vraiment pas de goût particulier.

La Suède c'est bien aussi

Nous retournons ensuite à Aloha, afin de s’abreuver quelque peu. Bob Aktor suivra le match OM/Inter sur un pc, bref une soirée de rêve. Et nous décidons, avec ce dernier, de retourner au WTFF afin de goûter leurs breuvages. Il s’avèrera que le Bloody Mary est plutôt fameux. C’est également ici que Bob Aktor aura sa première conquête, une jolie suédoise, blonde bien entendu.
Vexé, je pars donc direction l’hôtel, alors que Bob Aktor me rejoint en courant et sous une pluie battante, me proposant de tout quitter pour moi et aller en boîte. C’est bien essayé mais je suis un taureau, donc un têtu. Je rentre donc en sa compagnie. Lui hésitera à repartir pour finalement dormir.

Et ouais, je suis casse-couilles.

Avant de partir, j’ai quand même fait de la pub dans les toilettes pour Bath-Art. Bah ouais.

Jeudi 23/02

Une fois levés, qu’une ambition (D-Star), aller voir la putain de Porte de Brandebourg. Un long moment de marche nous attend, mais ce sera bath. Nous faisons un détour par le Reichstag, que nous ne pourrons visiter, et continuons notre route vers la fameuse porte. Une fois devant, on fait nos chinois, surtout moi. Puis on continuera vers la colonne de la Victoire, haute de 69 mètres. On montera en haut, bien sûr. J’aurais le vertige, bien sûr. Ensuite, direction le mémorial de l’Holocauste, soit un alignement de pierres plus ou moins grandes en mémoire des victimes de la Shoah (nanas), soi-disant. Ça n’empêche pas les gens de sauter, comme nous, de pierre en pierre. Une œuvre décidément bizarre, et qui reste une énigme pour bon nombre de visiteurs.

La Porte de Brandebourg

Après, nous tenterons en vain d’abord de trouver de célèbres magasins de fringues, puis de trouver le fameux magasin/bar qui propose de l’absinthe, sans succès non plus…
La soirée arrivant, et notre concert aussi, nous décidons donc de retourner à l’hôtel, faire des courses avant pour arriver bien tranquilles au Berghain.

Pour aller au Berghain, nous nous sommes un peu perdus, il faut l’avouer… Nous avons cherché notre route pas loin d’une demi-heure avant de tomber sur d’autres gens qui la cherchaient également. 19H45, nous voilà enfin arrivés devant le célèbre club, mais cette fois-ci, on est sûrs d’y entrer, étant donné que c’est un concert. Bob Aktor, M-a et moi sommes fin prêts pour la guerre.
A l’entrée, Bob Aktor reconnaît le chanteur des Future Islands au stand merchandising du groupe. Il lui demande s’il est possible de prendre une photo. Il acquiesce et ni une, ni deux, M-a (pour qui le groupe lui était jusque-là inconnu) se joint à eux, tout naturellement (il faut dire qu’elle commençait à en tenir une petite…).

Nous montons, et arrivons devant la scène. Personne n’a encore commencé à jouer. Nous filons au bar, et M-a qui était bourré nous demandera à peu près vingt fois quand joueront les Future Islands. Nous lui répondrons, à chaque fois, qu’ils jouent à la fin après Novö Line, puis Amplitude.
Ces deux derniers groupes ont chauffé la salle, tranquillement, à part pour une certaine fille qui dansait lascivement sur de la techno minimale. Mais je ne dirais pas de qui il s’agit.

Le chanteur des Future Islands, Bob Aktor et M-a

Dès que les Future Islands arrivent c’est la cohue. Nous sommes devant, plutôt bien placés, et le groupe va dérouler son répertoire. Le chanteur est à fond, mais vraiment à fond, il ressortira trempé.
Je n’ai jamais vu un leader autant en transe et totalement impliqué dans ses chansons, et sa musique. Il n’hésitera pas à se marteler le corps, la tête, de coups de poings. Il a un côté barjo, mais le concert n’en fut que magnifié.

Après cette heure et demie, on ressort ébahis. Rarement un concert n’aura été aussi intense et impressionnant avec aussi peu de moyens. Vraiment, les Future Islands valent le déplacement, même jusqu’à Berlin…

Vendredi 24 /02

A notre réveil, nous voguerons dans les rues berlinoises et trouverons au final une cantine. Il s’agit en fait des fameux « Rogacki », sorte de marché et de self où l’on mange debout le midi. Ça date de la période avant chute du Mur. Nous y entrerons pour manger. Rien d’extraordinaire mais ça valait le coup de voir comment ça se passait.

Le soir, nous rentrons à Aloha faire le before avec nos amis français, suisses, italiens et j’en passe. Grosse soirée qui s’annonce car nous voulons tenter l’entrée au Panorama Bar (l’autre salle célèbre du Berghain). Nous irons donc là-bas en petits groupes de deux. Sauf moi, bien sûr qui ferai un groupe de un.
En façade de ce lieu mythique, plusieurs caméras de surveillance (j’en ai compté trois durant la demi-heure de queue) et des videurs qui vous sélectionnent sur des critères complètement aléatoires. En effet, les groupes de touristes sont assez vite évacués, il faut donc y aller tranquillement en se disant qu’au pire, on ne perdra rien.
Une fois devant les videurs (dont le célèbre Sven), je me dis qu’il faut attendre et on verra bien quelle suite ils donneront. Ils me demandent si je suis seul. J’acquiescerais et attendrais un peu avant qu’il ne me fasse rentrer, par pitié sans doute.

La façade du Berghain

Une fois à l’intérieur, on est fouillés. Ils cherchent la drogue. Pas pour la prévention non, mais parce qu’il y a déjà les dealers officiels de la boîte à l’intérieur (ça rappelle forcément l’époque de la Haçienda à Manchester).
Le Panorama Bar diffusera de la techno minimale, avec un peu de house. J’en profiterais pour faire le tour, ça n’est pas si grand que l’on pourrait le croire, mais il y a des endroits un peu plus tranquilles où les couples peuvent se donner à divers ébats…

On en ressortira au petit jour vers 8h30, en se disant que la boîte sera ouverte non-stop jusqu’au dimanche soir au moins…

Samedi 25/02

Ce jour-ci, direction le proclamé meilleur kebab de Berlin. Il s’avèrera qu’il est bon, surtout les frites, mais ça reste pas formidable non plus. Ensuite, nous allons à l’East Side Gallery soit le kilomètre restant du mur de Berlin. Ça ressemble en effet fort à une galerie puisque tout le mur est composé de diverses œuvres, s’inspirant fortement de l’époque où Berlin était divisé.

Après tant d’admirations devant les vestiges de la guerre froide, nous repartons vers notre hôtel pour ce qui va être la dernière soirée, mais pas des moindres…

Une des fresques de l'East Side Gallery

Alors que nous devions initialement aller au Watergate (Pan Pot y était programmé et si j’y allais, c’était juste pour faire chier deux inconditionnels de techno que je connais bien), notre ami italien Federico nous parle d’une autre soirée. On est intrigués, on s’informe et il s’avère que c’est une soirée Resident Advisor avec Joe Goddard, The 2 Bears, Mathias Aguayo et d’autres. Et là je me dis Twingo ! De plus, l’endroit apparaît comme terrible puisqu’il s’agit du Stattbad, soit une ancienne piscine municipale reconvertie en club.

Une fois à l’intérieur, on s’aperçoit vite que c’est un lieu improbable mais glauque. Au début, la musique est excessivement forte, il faut absolument se boucher les oreilles pour ne pas que nos tympans vrillent. Assez vite, on changera de salle. Joe Goddard jouera une bonne partie du matin (tôt, bien sûr) et nous on aura le temps de se balader, trouver une connaissance française (à l’improviste, oui). Elle me parlera d’ailleurs de l’existence d’un club se situant en dessous un immeuble habité. Le club est composé d’une rivière, de ponts, j’en passe et des meilleures. Un endroit donc, encore plus improbable que le Stattbad.

En rentrant, vers 8h30 du matin, on reprend le U-Bahn. Il nous reste une station à faire et là, qui arrive ? Les contrôleurs bien sûr ! Ils nous font donc descendre à la station d’après (la bonne, donc) pour voir si l’on a nos billets. Sur les six que nous étions, nous n’avions pas payé. Donc, une agréable amende de 40 euros s’imposait donc. Parfait pour finir la semaine en beauté.

Nous retournerons à  Aloha, le dimanche matin, très heureux, pour finalement reprendre le car avec tristesse, le soir même. Le trajet dans le car sera normal mis à part pour M-a qui a réussi à s’attirer le cas social du car à côté d’elle. Une sorte d’hybride entre un atteint du syndrôme de la Tourette et notre américain de l’hôtel.  Mais pour nous, les 14 heures se dérouleront sans accroc.

Au final, cette semaine fut intense et inoubliable. Pour ma part, je me rappelle de tout (ce qui n’est pas toujours le cas) et je n’en garde que de bons souvenirs. Je ne peux que vous conseiller d’aller à Berlin avant que ça devienne une ville trop pourrie par les financiers (pas les gâteaux) et donc qui pourrait perdre son esprit si atypique.

Sylvain

M-A et sa meilleur amie, au Stattbad

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

10 réponses à “Une semaine à Berlin

  1. m-a

    Merveilleux les photos

  2. johnny got his warm gun.

    C’est plutôt complet et ça se lit bien

  3. By the way, j’ai zappé de préciser que nous avons été au « Weekend », mais que ce fut infructeux puisque nous n’avons pas vu le jour se lever comme on peut parfois l’observer dans cette boîte. En effet, ils ont fermé plus tôt. Poisse…

    20syl

  4. tibor kovacs

    J’aime bien la photo avec la suèdoise

  5. Coco_Cruz

    J’ai pas lu la chronique mais t’es BG sur la première photo 20Syl !

  6. Pingback: Les Tops 2012 de Sylvain « Bath-Art

  7. Jay

    nailed it! J’ai aussi eu le droit au coup de l’amende le dernier jours…ces enfoiros sont habillés en civil en plus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :