Interview Madben

Madben, au centre



Madben est Dj  dans le milieu la techno/électro depuis quelques années maintenant. Il passait au Colisée à Nantes le 10 mars dernier et pour Bath-Art, il a bien voulu accorder une interview…

Bath-Art : Comment es-tu venu à la musique électronique ? 

Madben : Par des sorties, comme beaucoup je pense. A la base je viens du nord de la France, pas loin de la frontière belge. La Belgique est un pays où la musique électronique est déjà très développée dans les 90’s.

 Je suis d’abord rentré dans l’univers de la musique électronique en mixant, puis en sortant dans ces clubs belges car à l’époque il n’y avait pas ou peu de clubs qui passaient de l’électro en France.
J’ai pu voir des grands noms comme Jeff Mills, Dave Clarke. Et par ces lives, je me suis vraiment senti attiré par ce courant musical, ce qui m’a poussé à mixer.

 

Tu nous parles de tête d’affiche mais une des personnes importantes dans la musique électronique en France et qui t’a passé dans ses émissions, est Laurent Garnier. Quelles sont tes autres influences musicales ? 

J’écoute pas mal de choses mais elles sont principalement influencées par le son de Detroit, c’est-à-dire une techno plutôt mélodique et efficace sur le dancefloor. J’aime assez le mélange entre les deux, ne pas partir sur la face totalement mélodique car tu peux vite faire décrocher le public.

Je parlais tout à l’heure de Jeff Mills, à l’époque quand je le voyais jouer c’était du 145 BPM à trois platines avec que des loops. C’était diablement efficace mais c’était un mix de trois heures qui ne faisait que monter.

Après, je ne suis pas fermé et j’écoute de tout. Aussi bien de la musique soul, comme James Brown par exemple. Bon, je n’écoute pas beaucoup de variété française par contre, mis à part Bashung.
Mais globalement je pense qu’il y a du bon partout.
 

Tu as fait plusieurs EP, dont celui avec Ian O’Donovan. Qu’en retiens-tu ? 

On parlait techno mélodique et efficace, on est en plein dedans. On a fait quatre titres, ça reste assez mélodieux, par le biais des synthés et des nappes, mais on a également utilisé des machines qui reviennent aux origines du son. On a essayé de trouver le juste milieu entre le côté dancefloor et mélodique, en fait.

Je suis assez content de ce projet, et les premiers retours sont super bons. On a envoyé l’EP à des gens comme Garnier, Agoria, Dave Clarke…et la plupart de ces artistes ont bien accrochés, c’est donc encourageant.
 

As-tu d’autres collaborations à venir ? 

Normalement, j’ai un morceau, « F… Track », qui est le premier morceau que Garnier a joué dans son émission (It Is What It Is, NdR), qui devrait sortir en vinyle sous le label irlandais Bastardo Electrico agrémenté d’un remix de Stephen Brown.

Je suis quand même assez content de cette collaboration, puisque cet artiste a quand même signé chez Planet E, Djax-Up Beats… 

J’ai également un remix pour un artiste Sud Africain (Infected Soul) qui sort en vinyl fin Mars sur le label Blooming Soul Records, un autre remix pour Marst qui sort en digital sur le label Deep Movements fin Mars aussi (joué en janvier dernier sur « It is what it is ») et enfin, un remix pour des Suisses (Qlons) qui sortira sur le label Difu (le track original était dans le sampler de Tsugi du mois de Février dernier)

 Il y a aussi d’autres choses dans les tuyaux, mais que l’on ne peut dévoiler pour l’instant.

 

 

Après ces EP, penses-tu à une prochaine sortie d’un album ? 

Non, pas pour l’instant. J’avais pour idée l’année dernière, de bosser sur un projet d’album, mais je pense qu’il est trop tôt. Je préfère attendre car ça ne fait pas longtemps que je compose, environ quatre ans. Mes premières sorties ont démarré fin 2010. Donc je préfère attendre et que mon « son mûrisse ».

Pour l’instant, j’ai un gros projet en tête, c’est de me mettre au live.
 

En parlant de live, en as-tu de prévus cet été ? Dans le grand Ouest ? 

Si tout se passe bien, je proposerais un live à Astropolis cet été à Kéroual, mais cela implique de trouver du temps entre mon travail et ce que je dois finir en terme de remixes.
 

Comment t’es venu l’idée de « Promised Land », notamment le discours en introduction de Ted Kennedy ? 

Je me suis mis à fouiller, à essayer de trouver des discours. Et il s’avère que le vocal a composé le morceau. J’étais à la quête de discours sur Internet, celui de Ted Kennedy me paraissait cohérent. J’ai samplé les parties qui m’intéressaient et j’ai écris le morceau autour.

De manière assez classique, je ne réfléchis jamais à la manière dont je compose, je le fais spontanément. Ça passe ou ça ne passe pas, je le fais sans cadre spécifique en fait. Je fais des tests au niveau des rythmiques, synthés, bass-line, percus, et quand c’est cohérent je valide la chose, tout simplement.

En fin de compte, quelle est pour toi, la Terre Promise ? 

En fait, dans son discours, Ted Kennedy ne prononce pas une seule fois « Promised Land » … j’ai trouvé le titre « Promised Land » spontanément car je trouvais que ça collait avec l’esprit du discours et l’orientation qu’avait pris le morceau en termes d’ambiance…

C’est un peu la même démarche pour mes autres morceaux, je trouve les titres comme ça sans trop me prendre la tête, ça vient assez instinctivement.
 

Peut-être à venir, un discours d’un politique français ? 

Non, pour l’instant j’ai un peu lâché les discours. Mais par contre dans l’EP avec Ian O’Donovan, il y a ma voix dedans. Je me suis amusé à enregistrer deux-trois mots sur le morceau. 

 

Propos recueillis par Sylvain Piaut

Merci à Madben pour sa disponibilité, et à Thibaut.

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

4 réponses à “Interview Madben

  1. Coco_Cruz

    Si il se dépêche il peut venir à Morlaix dans une semaine pour Panorama#15, je lui ferai la navette gratuite 😉

  2. escobar56

    Tu l’as fait en face à face l’entretien ?

  3. Pingback: Live Report Panoramas Festival 2013 | Bath-Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :