Radiostars – 4/5

De Romain Lévy

Avec :  Manu Payet, Clovis Cornillac, Douglas Attal, Pascal Demolon, Côme Levin, Sam Karmann…

1h40

Résumé :
Ben, de retour d’une expérience ratée à New York en tant que comédien rencontre lors d’une soirée Alex, animateur de la matinale numéro un en France, le breakfast Club. Alors qu’il est embauché par Arnold, le présentateur vedette, l’équipe entière, punie, est chargée de sillonner en bus la France suite à la baisse des audiences. Le but : partir à la rencontre des auditeurs et ainsi retrouver le succès de l’émission. 

Autant le dire tout de suite, Radiostars est LA bonne surprise du printemps. Une comédie rock’n’roll, d’une fraicheur étonnante, idéale pour passer un agréable moment par ce temps morose. Un film novateur et rare dans l’univers cinématographique français, trop souvent complexé. 

La recette de ce long métrage est simple : des potes, du succès, un road trip, des vannes et des filles. La formule prend immédiatement. Au lieu de mettre en exergue le duo Payet-Cornillac, tandem déjà remarqué dans le très bon L’amour c’est mieux à deux de Dominique Farrugia, le film met en scène une alchimie totale entre des mecs drôles chacun à leur façon. Cette comédie tout public fait de suite penser à Good Morning England de par son sujet : la radio, mais surtout par le fait qu’aucun acteur ne prend forcément le dessus sur le reste de la troupe. Tous jouent juste et bien, Douglas Attal, notamment, montre pour son premier rôle qu’il n’est pas que le fils du producteur. On se prend vite d’affection pour cette bande, formée de mecs pourtant assez différents. Au fur et à mesure que le film avance, on a le sentiment de prendre la place de l’objectif et de vivre incrusté à cette équipe. On les sent proche de nous. 
Aidé par sa propre expérience, Romain Lévy nous livre une histoire qu’il a en parti vécu. Ben, c’était lui. Revenu bredouille d’une expérience malheureuse à New York, il est recueilli par son père, en morceaux. Comme Ben toujours, il finira par écrire pour la radio et y rencontre un certain Manu Payet, alors sur la matinale de NRJ.

Radiostars est un film hyper amusant et attachant, d’une bonne humeur contagieuse qui vous fera ressortir de la salle le sourire accroché aux lèvres. Son atmosphère singulière nous fera oublier les petits défauts qu’il contient, car oui tout n’est pas parfait (un réalisateur arrivera-t-il un jour à filmer correctement une scène dans une boite de nuit ?). Il ne nous apprend rien sur l’amour, rien sur l’amitié, mais l’ambiance et la complicité entre les acteurs nous surprennent tout au long du film.

La façon dont sont montrés les émissions et l’univers de la radio en général sont intéressantes. Les vannes fusent. Des blagues sans retenu, qu’on aurait très bien pu faire nous même lors de soirées arrosées. Bon nombre de scènes sont remarquables comme celle de l’ahurissante dispute entre un rappeur rappelant vaguement Joey Starr (celui qui maltraite son singe ? Non, le gay de L’amour dure trois ans) et sa femme, sorte de racaille enfermée dans un corps de bimbo. 
Côté musique, le film s’ouvre dignement sur du Vampire Weekend. Chose rare donc pour un film français, la bande son est de qualité, éclectique, on y entend tour à tour du Coconut Records, du Pusha T en featuring avec Tyler the creator, du 1995…

Du côté des acteurs, on retrouve enfin un Clovis Cornillac un peu égaré ces derniers temps et dont on commençait grandement à se lasser. Usé par ses rôles dans des navets, on le retrouve ici parfait dans la peau du chef de troupe, râleur mais attachant de solitude, fumant clope sur clope, bipolaire. Manu Payet est égal à lui même, et confirme tout le bien que je pense de lui (et je ne pense pas être le seul). On aimerait l’avoir comme pote, à nous faire marrer toutes les cinq minutes. Le reste de la troupe est constitué de révélations, notamment Côme Levin qui campe le rôle de l’assistant, sorti de sa cité, atteint d’un gênant bégaiement le rendant limite attachant. 

Après des expériences dans le cinéma plus ou moins réussies (scénariste sur Les 11 commandements, Cyprien etc.), Romain Lévy nous livre avec Radiostars un premier film vraiment novateur et sincère, et ça se ressent. C’est un bon « doss » pour ceux qui ont déjà eux la chance de le voir et comprendront ainsi mieux ce terme. Radiostars, bonne surprise en cette année 2012 où le cinéma français à un peu de mal à nous emballer. En attendant la suite avec une certaine curiosité. 

Enfin, un dernier conseil, l’abus des boissons énergisantes nuit gravement à la santé.

Simon

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

4 réponses à “Radiostars – 4/5

  1. Je suis entièrement d’accord avec toi Garfunkel, sauf sur 2 points :
    1/ « L’amour c’est mieux à deux » n’est pas très bon à mes yeux, mais simplement assez sympathique
    2/ Douglas Attal est selon moi la seule erreur du casting… Il manque un peu de poids, de présence à l’écran…
    Mais pour le reste, j’ai envie de te dire que tu viens de marquer un but !

  2. Simon Pereiramamèreestsouris

    Bon ok j’me suis un peu enflammé sur l’amour c’est mieux à deux. Mais pour Attal, je l’ai trouvé très juste, en mec totalement perdu et complexé. Donc bien dans son rôle quoi. Après c’est sur qu’il marque moins que les autres…

  3. johnny got his warm gun.

    J’en sors, mieux vaut tard que jamais. Un peu trop de grosses ficelles de feel good movie mais c’est vrai que c’est carrément drôle, des putains de réplique.
    Tout le monde se branle sur Payet mais j’ai trouvé Cornillac assez monstrueux perso.
    Attal c’est le référent du public donc il est assez neutre c’est son rôle, après c’est vrai qu’il est quand même fade

  4. Pingback: Les Tops 2012 de Simon « Bath-Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :