L’art CONtemporain CONtemplé sans CONsensus – 2,5/5

Je vais vous parler du Palais de Tokyo. En fait, il y a plusieurs semaines, j’avais déjà décidé de m’exprimer sur LE fameux musée d’art contemporain et puis j’ai comme qui dirait « omis » le sujet. « Bon alors pourquoi elle revient à la charge avec son idée à la con ? » me direz-vous. Et bien parce que je viens de lire un article di-thy-ram-bique dans Grazia (Oh ça va hein !) sur le dit lieu ET qu’en ce moment c’est la triennale d’art contemporain « Intense Proximité » sur la mondialisation ET que je n’ai jamais fait autre chose qu’une biennale (mot compte triple).

Comme je suis une grosse déglingo je ne vais pas perdre de temps : j’accuse ! J’accuse l’article de Grazia et l’ensemble des discours élogieux qu’on m’a rabâché sur ce musée.  « T’y ai jamais allait ?! Non mais c’est LE lieu d’art contemporain à Paris quoi ! En plus il a été entièrement refait là faut absooolument (avec trois « o ») que tu ailles le voir quoi ! » (Discours prononcé avec les yeux levés au ciel). Bon. Si à cette époque j’acquiesçais sagement aujourd’hui je peux légitimement dire qu’il y a erreur sur la marchandise, fraude, publicité mensongère !

Reprenons. Je prends trois respirations, je mets le doigt devant, je mets le doigt derrière, je fais de tous petits ronds, je fais le tour de moi-même et je repars avec un discours légèrement plus abouti et objectif. Déjà, qu’est-ce qu’une triennale ? Non, reprenons. Déjà, qu’est-ce qu’une biennale ? Et bien pour tous les non-passionnés d’expositions qui lisent cet article sans trop savoir pourquoi, une biennale c’est  une manifestation artistique qui a lieu tous les deux ans. A partir de là, on comprend assez vite ce que signifie « triennale », à savoir un évènement qui, lui, se déroule tous les trois ans. Voilà, vous pouvez en savoir plus sur ce type de termes tapageurs dans « Le lexique des expositions pour les nuls » aux éditions First & First Interactive.  Attention, cette phrase n’est absolument pas péjorative ! J’adore ces bouquins et j’en ai deux, trois à la maison pour combler mes lacunes à la con. Con, con, con, con, CON, CON ! Pardon… C’est mon syndrome de Gilles de la Tourette qui me reprend…

Hum. Donc ce musée A LA CON…FIGURATION particulière a attiré ma curiosité. Assez rapidement, une question nous traverse l’esprit lorsqu’on y pénètre « ils sont finis les travaux ou pas ? ». Parce OUI, on sait tous que quand on crée un musée d’art contemporain on se sent obligé de jouer sur le style « industriel » mais là… C’est post-apocalyptique ! En revanche, si au départ ça énerve, on fini par s’amuser du lieu et par ne plus savoir où on se trouve. Le bâtiment est immense et s’étale sur quelques étages mais surtout sur de nombreux souterrains. Cet univers de béton entièrement cloisonné est idéal par temps caniculaire. On se projette dans un monde parallèle. Un conseil tout de même : restez « groupir » car il est quasiment impossible de s’y retrouver. Bref, un lieu à l’architecture clairement atypique qu’il faut savoir apprivoiser mais qui au final s’avère des plus étonnants.

Voilà pour l’aspect positif des choses. Là où ça se gâte, et c’est quand même sacrément CON pour un musée, c’est sur la valeur des œuvres. L’entrée du musée n’est pas exorbitante (6 euros pour les moins de 26 ans) et pourtant niveau qualité-prix le Palais de Tokyo est réellement décevant. Les premières salles ne valent clairement rien. C’est un entassement de tout ce qu’il y a de plus détestable dans l’art contemporain, à savoir des œuvres à l’esthétisme primaire qu’un enfant de trois ans pourrait reproduire sans grande difficulté. Dans les fameuses salles en sous-sols, beaucoup plus vastes, ça s’arrange un peu. On a la possibilité d’observer des œuvres grandeur géante assez impressionnantes. Globalement le niveau est quand même ras les pâquerettes et on en garderait bien qu’un seul quart pour en faire quelque chose d’assez cohérent. Veuillez excuser mon commentaire quelque peu violent, il est à la hauteur de ma déception.

J’émettrais également un doute sur les normes de sécurité du musée. On a un peu peur que l’ensemble du bâtiment ne s’écroule lorsqu’on voit les poutres porteuses légèrement vacillantes et le trop grand nombre de flaques d’eau jonchées sur le sol. Plus brièvement : un musée à voir uniquement pour son architecture scotchante et ses quelques grandes œuvres mais si vous désirez admirer une tripotée de projets de qualité vous pouvez passer votre chemin.

La prochaine fois je vous parlerai d’une exposition vraiment bien. Mais ça ce sera la prochaine fois. En attendant il fallait que je lève le voile sur cette grosse escroquerie.

http://www.palaisdetokyo.com/fr/la-triennale jusqu’au 26 août.

Bien à vous, Mona-Lisa

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

2 réponses à “L’art CONtemporain CONtemplé sans CONsensus – 2,5/5

  1. johnny got his warm gun.

    C’est pas très sympathique.
    Bonus track
    http://www.vice.com/fr/read/arretons-de-mentir-je-nai-jamais-rien-pige-a-lart :

  2. Coco_Cruz

    Oh ! ton article me fait penser au festival Artaq qui se tenait ce week-end à Angers, sauf que, ici, il s’agit de street art ou art urbain comme on veut. Moi qui ne suis franchement pas un habitué des expos j’ai drôlement aimé (faut dire que j’ai moins de mal a apprécier le street art que le reste). Les expos sont encore en place jusqu’en juin et septembre. La collection de Nicolas Laugero Lasserre vaut vraiment le détour ! ‘Fin bref c’est vraiment kiffant.
    http://www.artaq.eu/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Mises à jour Twitter

Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :