Chroniques disques 1er semestre 2012

Et ouais amis lecteurs, je reviens, plus d’un an après ma dernière chronique disque (c’était Metronomy). Entre temps, je vous rassure j’ai quand même écouté quelques bons albums. Cependant je vous avais promis un retour pour 2012. Il a mis le temps, ce retour mais il est annonciateur de bonnes nouvelles. Par le biais de cet article démarre un cycle plus régulier, c’est-à- dire que je vais essayer de me tenir à un rythme d’article un peu plus souvent sur ce magnifique blog.

Pour le moment, on se calme et on boit frais à St Tropez. Bonne lecture.

Django Django « Django Django » (Because) – 4/5

Le groupe de rock originaire d’Ecosse est pour le moment la bonne surprise 2012. Sorti en janvier dernier, l’album ne contient quasiment aucun déchet. C’est une véritable pépite psychédélique qui nous arrive dans les oreilles et on ne pourra jamais vraiment se détacher de Default, Hail Bop, Firewater ou Wor. Un ou deux titres n’étaient pas forcément indispensables comme Hand of man (sorte de balade à la Bon Iver, donc un peu chiante) mais globalement l’ensemble tient sérieusement debout.

Seul bémol, le live. Les Django Django ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant de nous proposer des concerts survoltés. Pour les avoir vus, on s’emmerde beaucoup et c’est décevant avec un tel potentiel de titres taillés pour (réécoutez Wor pour vous en convaincre).

Alabama Shakes « Boys & Girls » (Rough Trade) – 3,5/5

Il y a 18 ans, Blur sortait son single Girls & Boys. Ok ça n’a rien à voir, mais ça méritait d’être rappelé. Donc Alabama Shakes, groupe qui nous vient d’Alabama (non on ne fait pas que se saôuler et chiquer du tabac en Alabama, la preuve) et porté par la voix de Brittany Howard. Ils nous proposent un croisement de blues et de rock assez puissant qui n’est pas sans rappeler les 1950’s. Sauf qu’ici, on a passé le tout dans un générateur à 300 000 volts. Be Mine, I Found You, Rise To The Sun sont des petites perles qui font vibrer les coeurs et ressortir les émotions les plus profondément enfouies. Oui, Alabama Shakes sait fait ressortir en nous ce qu’il peut y avoir de plus profond tout comme ils l’ont fait avec le rock qu’ils proposent.

L’album pourrait évidemment être rengaine à un moment mais non, on se délecte de la majeure partie des tracks, et ça, c’est vachement bath quand même.

Kindness « World, You Need A Change Of Mind » (Female Energy) – 3,5/5

Dès les premières écoutes de ce qu’a pu produire Adam Bainbridge sur cet album, on se dit clairement que le garçon propose une exploration novatrice dans la sphère musicale. Tout comme l’a fait James Blake un an auparavant avec le dubstep (même si je suis très loin d’être un admirateur de Blake, faut lui reconnaître la chose).

Et ce que Kindness a su faire, c’est du James Blake groovy. Les basses le sont énormément et pour s’en convaincre, écoutez juste Anyone Can Fall In Love et ce riff de guitare récurrent qui donne à cette ballade toute sa saveur. Cyan, House sont également des petites bombes, ainsi que That’s Alright (au tempo 80’s cadencé pour le dancefloor). En somme, on a à faire à un album ovni, tout comme Bainbridge, très barré dans son genre (le genre grand haricot quoi).

Sébastien Tellier « My God Is Blue » (Record Makers) – 2/5

Génie absolu pour certains, arnaque monumentale pour d’autres, le représentant français pour l’Eurovision 2008 a sur faire le buzz et parler de son album.

On pourra au moins lui reconnaître une action positive chez Bath-Art, c’est relancer l’époque Demis Roussos (une barbe, la fameuse tunique intégrale, les kilos en moins). Et c’est ça c’est vachement bath. Par contre, pour ce qui est de l’album, c’est comme ce qu’il a fait avant, globalement chiant.

Tellier a sortie sa sauce promo un peu partout en expliquant qu’il avait eu un trip avec un chaman et dans ce trip, il voyait énormément de bleu, ce qui expliquerait donc le thème de l’album. Le bleu est partout présent. Faut surtout y voir un égo monumental, le gars Tellier voulant quand même créer une sorte de secte (l’Alliance Bleue) dans laquelle il serait gourou. Alors est-ce la pose médiatique ou est-il vraiment allumé, la question se pose.
Revenons à notre album bleu. Clairement, il y a Cochon Ville qui peut faire guincher, Sedulous qui tient là un rythme ultra sexuel (écoutez les basses, le tempo) et qui peut faire vaciller quelques nénettes lors des concerts. Russian Attractions a un côté Era (si, si, rappelez-vous la belle époque des Visiteurs) qui n’est pas totalement négligeable.

Voilà, on a fait le tour de ce qui est intéressant. Sébastien Tellier passait son temps à clamer qu’il voulait faire un disque qui révolutionne la musique à chaque nouvelle fournée de sa part. Je pense juste que pour pouvoir rentrer dans quelque chose de novateur, il faut quelque chose de musicalement moins accessible qui se laisse apprécier. Sa tentative avec « My God Is Blue » est plutôt avortée, malgré une bonne promo et quelques titres qui font mouche. Dommage, ce sera pour la prochaine fois Séboune.

Miike Snow «Happy To you » (Columbia) – 3/5

Après nous avoir offert Abba, Lykke Li, ou encore Wilhelmsson, la Suède nous apporte sur un plateau le disque de Miike Snow, trois producteurs, entre autres responsable de plusieurs chansons de Britney Spears (Toxic par exemple). Ce fait d’armes ne fait pas d’eux pour autant des génies, et ouais ça ne suffit pas. Sauf qu’ici, ils nous ont pondu un album à eux, en stoppant la production et en passant de l’autre côté. Le résultat est appréciable et plutôt dansant. Bavarian#1 et Paddling Out sont très efficaces et rentrent facilement en tête. Pour le restant de l’album, tout n’est pas à jeter bien au contraire. Les mélodies sont facilement accrocheuses, le disque est vraiment bien produit, jusque dans la moindre rythmique, tout est calculé. Miike Snow est très plaisant à écouter, même si ça ne casse pas trois pattes à un canard, on retiendra quand même le travail, surtout électronique, des producteurs.

Sylvain 

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

5 réponses à “Chroniques disques 1er semestre 2012

  1. Putain qu’est ce que c’est kiffant ce genre d’articles. Les petites chroniques pas trop longues dans ce genre ça passe crème sérieux. Pour ce qui est des avis, mes notes feraient les suivantes :
    – Django Django : 2/5
    – Alabama Shakes : 3/5
    – Kindness : —
    – Sébastien Tellier : 4/5
    – Miike Snow : 2/5

    Donc en gros ton skeud de l’année c’est le Django Django où tu prépares encore une nouvelle fournée de chro’ pour bientôt ?

    • Pour le moment oui, à égalité avec Kindness quasiment, auquel tu as mis zéro ? Ou tu n’as pas écouté ?

      Non, je vais essayer de faire un article avec un tas de chroniques mensuelles comme celle -ci avec plusieurs disques, et je vais essayer de me tenir à une chronique complète d’article par mois, voire plus si le temps me le permet…

      20syl

  2. J’espère que ce ne sera pas des paroles en l’air cette fois :p
    Non le Kindness je n’ai pas écouté c’est pour ça.

  3. Pingback: Les Tops 2012 de Sylvain « Bath-Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :