Killer Joe 4/5

Killer Joe ( Matthew McConaughey), tueur à gages et policier à ses heures perdues, est engagé par Chris Smith ( Emile Hirsch) pour tuer Maman Smith et ainsi faire profiter la famille des 50 000 dollars de son assurance-vie.

Le dernier des Mohicans

Jusqu’où iriez-vous par passion, par amour de l’art? William Friedkin, lui, fait partie de cette petite caste de réalisateurs peu enclins aux compromis ( Paul Verhoeven, Werner Herzog, John Cameron, que des branques ) qui tueraient pères et mères pour mener à bien leur vision, leur soif de cinéma. Principaux faits d’armes de Hurricane Billy, sans doute le cinéaste le plus fou du monde: braquer un fusil sur ses acteurs avant les prises pour les plonger dans un état second, jouer avec la vie de ses cascadeurs en fonçant à toute berzingue et avec une sécurité minimale dans la circulation pour réussir les scènes de poursuite les plus célèbres de l’histoire, diriger une gamine en la terrorisant ( Linda Blair dans L’Exorciste ) ou bien encore ce tournage dantesque en pleine forêt qu’est Sorcerer où le sort des équipes techniques se sera encore joué à pile ou face lors de ces mythiques scènes de traversée de pont.

Résultent de ce jusqu’au boutisme créatif et de cette pulsion de mort des œuvres immenses, célébrées aujourd’hui mais souvent incomprises et mal-aimées en leur temps, à l’image de Sorcerer ou de To Live and die in L.A. Une image d’outkast au sein du système hollywoodien proche de celle de John Carpenter qui aura abouti à une longue traversée du désert pour Friedkin, plus actif au théatre qu’au cinéma depuis les années 90. Probablement le prix à payer pour rester fidèle à ses idéaux et refuser de se soumettre au robinet d’eau tiède devenu totem dans notre société. Mais la bataille n’est pas perdue, comme vient nous le montrer brillamment son dernier brûlot, Killer Joe.

Phantom of the Paradise

Pour son grand retour, Bill le dingue vient clairement braconner sur le territoire des frères Cohen en s’attaquant de front à la face sombre du rêve américain. A l’instar de Fargo ou Blood Simple, les héros du film sont avant tout des victimes de leurs rêves et des mythes structurant leur pays. Infusés au flot débilitant d’une TV continuellement en marche, fantôme hantant le film, les protagonistes de Killer Joe ne voient leur salut que par une réussite matérielle. Thématique éminemment Cohenienne, l’aliénation des tristes sires américains aux mythes de leur nation. Prisonnière de ces constructions mentales inculquées dès le plus jeune age, la famille Smith va s’enfermer elle-même dans une spirale de violence et une descente aux enfers pathétique.

On retrouve ici l’autre lubie des frères Cohen que Friedkin semble partager, des rapports humains qui ne sont que des rapports d’argents. Même au sein de la cellule familiale, tout n’est que cupidité et appât du gain. Une obsession du profit qui finit toujours par provoquer la chute de cet envers du décors américain. Papy William gratte jusqu’à l’os les démons de cette Amérique white trash, de ces familles nucléaires dysfonctionnelles rongées par des cadavres cachés trop longtemps dans ses placards.

Le doigt sur la gâchette

On peut le constater, Bill n’a rien perdu de sa légendaire misanthropie. Mais si son Killer Joe repose avant tout sur cette peinture au vitriol des bassesses humaines, ce sont ses points de rupture qui le rendent si fascinant. A commencer par l’interprétation incandescente de Juno Temple dont le rôle d’adolescente rêveuse, sensuelle et totalement déconnectée du monde tangible renvoie directement au jeu en apesanteur de Sheryl Lee dans Fire Walk With Me, le film adaptant Twin Peaks au cinéma. Twin Peaks, le mot est lancé. Le monstre de foire de David Lynch est clairement une des réfèrences de Friedkin pour Killer Joe. Même galerie de rednecks tous plus barrés les uns que les autres, même musique bluesy-syhthétique et surtout même capacité à créer des scènes en constante balance entre le réalisme le plus cru et le surréalisme le plus abstrait.

Un film donc totalement autre qui doit beaucoup à l’interprétation hallucinée de Matthew McConaughey dans le rôle titre. Gants, chapeau, lunettes de soleil, cuir, tout est érotisé et fétichisé chez Joe. Un monstre qu’on croirait tout droit sorti de Scorpio Rising. Le climax ultra-violent et dérangeant au possible lui doit beaucoup. Assez clairement le rôle de sa vie.

Killer Joe, un an après le conte de fée macabre Winter’s Bone, vient nous prouver une nouvelle fois la capacité qu’ont les américains à exploiter leurs mythes et leurs démons. Pas de doute possible, la face sombre de l’Americana a encore de beaux jours devant elle.

Brice

Publicités

À propos de bathart

Tony et Sylvain fous de musique, de ciné, et un peu de tout, vous présentent leurs chroniques.

10 réponses à “Killer Joe 4/5

  1. La Crevette Beurrée

    Bon ba… très bon article, mais je suis tout a fait pas d’accord.
    Sincèrement. Quel ennuie.
    Excepté l’aguicheuse Juno Temple et la dernière scène, c’est plat dans le creux.
    Les Cohen n’ont pas de soucis à se faire.
    Le scénario ou la connerie débordante des personnages est difficilement supportable, intolérablement douloureuse et navrante de rationalité.
    Mise en scène miséreuse, limite indigente, dialogues prévisiblement pauvres, et qu’on ne me dise pas que c’est pour être au plus près des personnages.
    Les acteurs quant à eux, peuvent battre au fouet, sans étincelle, cette aventure flotte dans les grandes profondeurs de la lassitude.
    Après, s’il faut porter des gants, des lunettes de soleil, un chapeau de cowboy, une étoile de Texas Rangers, des bottes de tantouse et un cure-dent, Chuck Norris ou encore Steven Seagal auraient été tout autant appropriés pour la figuration.
    Sincèrement. Un très bon film de série B.

    Gueguettement,
    La Crevette Beurrée

  2. ça donne envie tout ça !

  3. johnny got his warm gun

    Ba oui c’est un putain de film. Mais je sors des hommes sans loi là. Limite c’est encore mieux. Riche année.

  4. Comment ce cher Brice Chupin, si cultivé, peut-il faire une erreur aussi grossière que de mettre un « h » pour parler des frères « COEN » ?

  5. johnny got his warm gun

    C’est des feuj quoi, les millions de coen feuj du monde ont les deux orthographes, sont relous les kippas.
    Sinon le fait que tu n’ai pas aimé le film mais que tu parles d’une très bonne série b ne serait-il pas un brin de condescendance avec ce genre de cinéma ?

  6. La Crevette

    Quel genre de cinéma?
    Genre qui feint volontairement la pauvreté pour se donner du style?
    Sous ce prétexte je ne vais pas lui donner du crédit. Je n’ai aucun mépris. Je juge.
    BellFlower avec ses 17 000$ (contre ces 10 000 000$), faisait du brillantissime en comparaison.
    Ça fait cher la cuisse de poulet.

  7. johnny got his warm gun

    Non mais si le film est mauvais c’est une mauvaise série b du coup. C’est pas une bonne série B sinon ça voudrait dire qu’il n’y a que des navets dans ce genre de cinéma.

  8. La Crevette

    Je suis d’accord, tous les ingrédients d’une série b ne se sont pas réunis.
    Mais ça reste quand même une belle farce ce film.
    Peu importe son genre.

  9. Pingback: Les Tops 2012 de Sylvain « Bath-Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Bath-Art

Un soir de novembre 2010, Tony et Sylvain ont l'idée de créer un blog. Ainsi, ils vont combiner leurs passions : la musique et le cinéma. Très vite, Thibaut va les rejoindre et ainsi s'occuper des live-reports. Puis un peu plus tard Brice étayera la rubrique ciné, alors que Lisa sera chef de la rubrique Art. Et ouais rien que ça ! A noter qu'il y a également d'autres collaborateurs parfois. Bonne lecture à vous et n'hésitez pas à nous suivre sur la page Fb ou sur Twitter pour ne jamais perdre le fil, bande de bath-art !

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 280 autres abonnés

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :